26/05/2006

Jamendo

Je vais vous parler d’un site que certains d’entre vous connaissent sûrement : Jamendo. Jamendo est un peu une sorte de site pour mécènes en herbe puisqu’il propose de faire connaître des artistes qui mériteraient de l’être (pas tous, n’exagérons rien). Sur ce site, tous les genres sont représentés, il y en a vraiment pour tous les goûts. On a donc la possibilité d’écouter en ligne les chansons d’artistes amateurs (enregistrées avec les moyens du bords, il est vrai) et de les télécharger gratuitement et légalement via des réseaux Pier-to-Pier. Chacun peut donner son avis sur les albums proposés, aider financièrement les artistes qu’il aime, acheter l’album via le site internet de l’artiste en question ou tout simplement faire connaître un album à son entourage.

 

Allez donc faire un tour sur le site : http://www.jamendo.com/fr 

Il y a quelques bons artistes à découvrir, à écouter, jetez-y une oreille.

18:25 Écrit par Coralie dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/05/2006

Dessine moi un partiel...

Après deux semaines de folies avec des examens à gogo, voici que je me retrouve SAF : Sans Activité Fixe, ou autrement dit, en permanance sur internet.

 

Bon, j'ai quand même trouvé de quoi m'occuper les neurones (merci Jean-Paul) jusqu'à début juin, ce n'est d'ailleurs pas une partie de plaisir que de reformuler tout un mémoire de maîtrise mais ça a le mérite de m'occuper...

 

Mais revenons à ces partiels, peut-être les derniers partiels que j'aurais passé de mon existence c'est la pensée qui m'a envahie lorsqu'à 18h vendredi soir j'ai quitté la fac de Lettres pour ne la revoir que... dans un petit moment.

 

Les résultats des examens devraient, en toute logique, être donnés début juin date à laquelle je devrais aussi avoir une idée un peu moins flou de ce que je fais l'an prochain... A moins, bien sûr que j'ai à repasser mes partiels mais, je n'ai pas classé cette alternative dans l'étendue des possibles puisque j'ai prévu de faire autre chose fin juin que réviser (et d'autre part, les partiels se sont bien passés donc... il n'y a pas de raison que les notes ne suivent pas ce ressenti).

 

Bon bien sûr, il y a LE partiel, celui que je garderai longtemps en mémoire : la civi américaine. J'ai eu envie d'éclater de rire devant le sujet : 4 questions et pas une auquel je suis susceptible de répondre ! Et c'est parti pour une note navigant entre 0 et 2 sur 20 (et encore je suis gentille). C'est Ben qui va faire la tronche s'il découvre cette horrible note de civi ; quoique, non, si je me suis pas trop mal débrouillée en litté, il devrait gardé le sourire vu que c'est lui qui corrige... C'est dommage, l'an prochain, je n'aurais plus l'occasion,  d'aller le voir dans son bureau pour tapper la causette (quoique je ne pense pas que ça l'empêchera de me lancer des "Salut, ça va ?" dans les couloirs avec son accent anglais à couper au couteau qui me fait toujours sourire). Oui, c'est de toute évidence ma première et dernière année d'anglais. C'est d'autant plus dommage que je m'étais assez attachée à cette classe et aux profs (plus qu'aux cours d'ailleurs...). Ce n'est pas que je n'aime pas les sciences du langage, au contraire mais, j'avais en anglais une certaine liberté, une autonomie du fait de mon double cursus qui faisait de moi un électron libre sautant d'atome de cours en atome de cours (superbe image, Coralie !); j'étais une sorte de touriste étudiante.

 

Bref, les partiels sont terminés, l'année est terminée, j'attends la suite...

10:33 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/05/2006

Les Shadoks

 

 

Voici un exemple de maxime Shadok par excellence mais, au fait, qu'est-ce que c'est que les Shadoks ?

 

Les Shadoks se sont des espèces de bestioles qui ressemblent à des oiseaux et qui vivaient il y a très très longtemps, du temps où la télévision s'appelait l'ORTF. Les épisodes des Shadoks sont des dessins animés de 2 minutes d'un humour complètement absurde. 

 

Résumé :

"C'était il y a très, très, très longtemps. En ce temps-là, il y avait... le ciel.

A droite du ciel, il y avait la planète GIBI; elle était complètement plate, et elle penchait, soit d'un côté, soit de l'autre.

A gauche du ciel, il y avait la planète SHADOK; elle n'avait pas de forme spéciale... ou plutôt... elle changeait de forme.

Au milieu du ciel, il y avait la TERRE, qui était ronde et qui bougeait. Sur la Terre, il n'y avait apparemment rien.

Les Shadoks et les Gibis en eurent donc assez, au bout d'un certain temps, de vivre sur des planètes qui ne marchaient pas bien. Alors ils décidèrent, les uns et les autres, d'aller sur la Terre qui avait l'air de mieux marcher."

 

Le dessin animé repose donc sur comment les Shadoks vont-ils arrivés à aller sur terre sachant qu'ils sont complètement idiots et que tout ce qu'ils entreprennent rate toujours.

 

J'ai vu une bonne cinquantaine d'épisodes des Shadoks par une nuit où Canal + rediffusait quasiment tous les épisodes. Ca m'a beaucoup amusé et depuis, je dois dire que j'ai beaucoup de sympathie pour ces bestioles. Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille ce site http://leocat.free.fr/shadok/index.php qui propose le texte des premiers épisodes et les principaux principes Shadoks tels que :

- S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème

- Si ça fait mal c'est que ça fait du bien !

- Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 

Bref, vous l'aurez compris, cet humour débilitant me plait beaucoup et j'espère qu'il vous plaira à vous aussi.

11:38 Écrit par Coralie dans Télévision | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |