05/08/2006

Faisons un rêve

Une fois n'est pas coutume je vais vous parler des méandres de mon inconscient, de l'antichambre avec son gardien comme dirait l'ami Freud (avec le Moi, le Surmoi et le Sournois ^^) : le pays des rêves.

 

Le fait est averré : un être humain qu'on empêche de rêver devient fou. Le rêve est essentiel à notre équilibre mental pourtant, c'est une chose étrange le rêve.

 

Il y a des rêves qui s'évanouissent au réveil, qui en une fraction de seconde disparaissent de notre mémoire. J'ai toujours un instant de panique, un vertige lorsque ça m'arrive. Ca doit être la peur qu'un jour ce soit une partie de ce qu'on a vécu qui s'évanouisse aussi facilement. Mais il y a aussi cette certitude d'avoir rêver, la certitude d'avoir fait quelque chose sans être capable de savoir quoi, c'est une chose déroutante.

 

Il y a les rêves idiots, ceux que je raconte. Comme la fois où j'ai rêvé qu'une bande de squatteur avait investit mon appartement, que je leur expliquais que c'était chez moi et qu'aimablement ils partaient en me disant qu'il restait de la bouffe dans le frigo. C'est assez drôle après coup mais un peu étrange.

 

Il y a les rêves qui te donne des sueurs froides qui font remonter tes peurs. Je me souviens avoir rêvé que je ne pouvais plus parler qu'à des gens morts sans savoir qu'ils l'étaient (ça doit être l'effet sixième sens) et en avoir eu la chair de poule dans mon lit.

 

Parfois, le matin, il y a un flou qui s'installe entre rêve et réalité, on ne sait plus lequel est lequel où on croit se lever mais on est encore dans son lit. Je suppose que c'est à peu près ça la schizophrénie : l'état dans lequel on est lorsqu'on n'est qu'à moitié éveillé.

 

Souvent, dans mes rêves, je monte des escaliers. Je monte avec difficultés, à quatre pattes et ils mènent souvent nulle part. J'ai un rapport bizarre avec les escaliers. Si je ne les monte pas, j'y tombe (une hantise de gamine).

 

Voilà pour mes rêves, bonne nuit à vous.

01:02 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.