14/09/2006

Boris Vian

Je me sens dans une période cultureuse aujourd’hui, je vais donc faire un article sur quelqu’un qui pour moi fait partie des derniers grands auteurs français : Boris Vian. Je vous l'accorde. Ce n’est pas forcément facile de lire du Vian, la plupart de ses livres sont encrés dans un univers assez particulier dans lequel il faut pouvoir entrer mais, je crois que ça vaut le coup d’essayer. Après tout, il est difficile de lire du Zola et du Balzac à cause des descriptions qui n'en finissent jamais, pourtant, tout le monde a dû faire cet effort.
 
Mais revenons à Vian. En dehors du personnage assez extraordinaire qui était tout à la fois musicien de jazz, poète, écrivain et traducteur de roman et qui mourru avant d'avoir 40 ans, Vian est un auteur qui a un style, une plume. Je vous recommande chaudement J’irai cracher sur vos tombes : un livre sur le racisme, la perversion, la vengeance (superbement écrit et superbement cru), pour l'anecdote, ce livre a été classé pornographique à l'époque, ce en quoi, je crois que les temps ont bien changés... Ce livre contrairement à l’Ecume des Jours ou L’herbe Rouge ne se déroule pas dans un univers alternatif et est donc dans un sens, plus facile à aborder, du moins, le lecteur n’est pas aussi déboussolé que dans d'autres livres. J'ai bien aimé l'herbe rouge mais il faut accepté d'entrer dans un univers dans lequel les animaux parlent avec des pratiques étranges et des personnages tout aussi étrange qui, quelque part ne sont pas si loin de nous. C'est un univers et un style d'écriture unique, ça ne ressemble à rien d'autre et je vous encourage à tenter l'expérience.

 

Je terminerai sur Le déserteur car, je crois qu’il est impossible de parler de Vian sans parler de cette chanson qui est LA chanson pacifiste par excellence :

 

Le déserteur

 

Monsieur le Président, je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être si vous avez le temps
Je viens de recevoir mes papiers militaires
Pour partir à la guerre avant mercredi soir
Monsieur le Président je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher il faut que je vous dise
Ma décision est prise je m'en vais déserter

Depuis que je suis né j'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier, on m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme et tout mon cher passé
Demain de bon matin, je fermerai ma porte
Au nez des années mortes, j'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie sur les routes de France
De Bretagne en Provence et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir refusez de la faire
N'allez pas à la guerre refusez de partir
S'il faut donner son sang allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre, Monsieur le Président
Si vous me poursuivez prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes et qu'ils pourront tirer

15:43 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Amor la cu-l-ture y'en a marre des choses cultureuses, moi j'aime pas les légumes de toutes façons, alors laissez nous en paix maintenant...

Écrit par : jp | 15/09/2006

Les commentaires sont fermés.