22/07/2007

Pendons-nous dans les usines !

decoration

La stratégie d’arrêt volontaire d’existence développée depuis quelques années par le groupe automobile PSA (précurseur en la matière) est actuellement en plein essor. On ne compte plus le nombre d’ouvrages traitant du marketing par l’auto-régulation de la masse salariale. L’exemple le plus probant en la matière est l’attitude des employés de la firme française Michelin. Alors que l’usine grenobloise allait fermer ses portes pour aller se délocaliser en Inde, les partenaires sociaux et les actionnaires ont réussi à trouver un accord en ayant recourt à la stratégie de l’arrêt volontaire d’existence. C’est ainsi que la totalité des salariés âgés de plus de cinquante ans ont acceptés de mettre un terme à leur vie afin que les plus jeunes puissent profiter d’une prime de licenciement plus décente.

« La fermeture d’une usine est toujours un choc, a déclaré le délégué syndical Force National Eric Glavaud, mais le sacrifice des quinquas a permis aux survivants de pouvoir toucher une prime de licenciement de 50 000 euros, proportionnel à l’indice boursier positif qui va se répercuter grâe à cette délocalisation ». Cette solution a eu le mérite d’éviter une grève qui aurait paralysé l’usine et donc incommodé le cours de l’action Michelin qui, de fait, est au beau fixe.

L’expérience a porté ses fruits : le chômage n’a jamais été plus bas depuis que les entreprises françaises encouragent l’arrêt volontaire d’existence ; sans compter le problème des cotisations des retraites qui a trouvé là la solution idéale. Le concept est si lucratif qu’il commence à gagner d’autres secteurs. Ainsi, pour palier aux classes surchargées dans les écoles, à titre expérimental, certains professeurs ont commencé à encourager ce principe d’auto-régulation de population. Cette stratégie fonctionne d’autant mieux que les adolescents sont des êtres psychologiquement instables pour qui le suicide est une échappatoire grandiose aux mauvais résultats et à leur mal être intérieur. Le ministère de l’éducation nationale estime à douze milliards d’euros les économies que pourraient représentées la stratégie d’arrêt volontaire d’existence à grande échelle.

Malgré les excellents résultats obtenus, une certaine partie de la population est assez frileuse vis-à-vis de cette nouvelle façon de gérer la masse salariale : « Je ne crois pas qu’il soit très sain de pousser les gens au suicide, nous avouait une jeune femme, militante d’extrême centre. Chacun devrait avoir le droit de vivre sa vie comme il l’entend. » Cette vision réactionnaire reste le cheval de bataille de l’extrême centre qui prône le retour à un idéal d’égocentricité, de libre arbitre où l’individualisme a plus d’importance que le bien être global.

La commémoration officielle du 23 août, place de la Concorde, rendant hommage à ces héros de la nation qui ont arrêtés volontairement de vivre pour mieux laisser le reste de leurs concitoyens profiter de l’existence aura lieue en la présence exceptionnelle du président de la république, du président du MEDEF et de la plupart des dirigeants syndicaux. Une grande fête en perspective au cours de laquelle le président de la république devrait remettre la corde d’or à titre posthume à Omar Kader, patron de la petite entreprise informatique Infocorp, au bord de la faillite qui a préféré se suicider avec tous ses employés afin de palier à sa dette financière et au problème du reclassement de ses salariés.

19:59 Écrit par Coralie dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : satirique suicide actu |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.