30/07/2007

La Foire à l'actu

decoration

Pour changer, un billet sur un site internet d’actualité que j’ai découvert assez récemment. Le fait est que depuis un petit bout de temps, je m’intéresse de très près à l’actualité (les affres de la campagne présidentielle et législative ont occupés une bonne partie de mon esprit et de mon temps). Depuis lors, la principale source d’information que je consulte, outre la sempiternelle radio, est internet. Ce site est conçu comme une sorte de grand forum où chaque internaute, qu’il soit journaliste ou non, peut exprimer son point de vue, publier un article en accord avec l’actualité du moment. Je trouve la démarche intéressante et les articles retenus par le comité de rédaction du site sont pour la plupart de bonne qualité. Je pense que ça ne remplace pas un site d’actualité traditionnel mais en complément, il est intéressant d’aller faire un tour sur AgoraVox. Bon surf.

http://www.agoravox.fr

18:22 Écrit par Coralie dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : actu internet |  Facebook |

22/07/2007

Pendons-nous dans les usines !

decoration

La stratégie d’arrêt volontaire d’existence développée depuis quelques années par le groupe automobile PSA (précurseur en la matière) est actuellement en plein essor. On ne compte plus le nombre d’ouvrages traitant du marketing par l’auto-régulation de la masse salariale. L’exemple le plus probant en la matière est l’attitude des employés de la firme française Michelin. Alors que l’usine grenobloise allait fermer ses portes pour aller se délocaliser en Inde, les partenaires sociaux et les actionnaires ont réussi à trouver un accord en ayant recourt à la stratégie de l’arrêt volontaire d’existence. C’est ainsi que la totalité des salariés âgés de plus de cinquante ans ont acceptés de mettre un terme à leur vie afin que les plus jeunes puissent profiter d’une prime de licenciement plus décente.

« La fermeture d’une usine est toujours un choc, a déclaré le délégué syndical Force National Eric Glavaud, mais le sacrifice des quinquas a permis aux survivants de pouvoir toucher une prime de licenciement de 50 000 euros, proportionnel à l’indice boursier positif qui va se répercuter grâe à cette délocalisation ». Cette solution a eu le mérite d’éviter une grève qui aurait paralysé l’usine et donc incommodé le cours de l’action Michelin qui, de fait, est au beau fixe.

L’expérience a porté ses fruits : le chômage n’a jamais été plus bas depuis que les entreprises françaises encouragent l’arrêt volontaire d’existence ; sans compter le problème des cotisations des retraites qui a trouvé là la solution idéale. Le concept est si lucratif qu’il commence à gagner d’autres secteurs. Ainsi, pour palier aux classes surchargées dans les écoles, à titre expérimental, certains professeurs ont commencé à encourager ce principe d’auto-régulation de population. Cette stratégie fonctionne d’autant mieux que les adolescents sont des êtres psychologiquement instables pour qui le suicide est une échappatoire grandiose aux mauvais résultats et à leur mal être intérieur. Le ministère de l’éducation nationale estime à douze milliards d’euros les économies que pourraient représentées la stratégie d’arrêt volontaire d’existence à grande échelle.

Malgré les excellents résultats obtenus, une certaine partie de la population est assez frileuse vis-à-vis de cette nouvelle façon de gérer la masse salariale : « Je ne crois pas qu’il soit très sain de pousser les gens au suicide, nous avouait une jeune femme, militante d’extrême centre. Chacun devrait avoir le droit de vivre sa vie comme il l’entend. » Cette vision réactionnaire reste le cheval de bataille de l’extrême centre qui prône le retour à un idéal d’égocentricité, de libre arbitre où l’individualisme a plus d’importance que le bien être global.

La commémoration officielle du 23 août, place de la Concorde, rendant hommage à ces héros de la nation qui ont arrêtés volontairement de vivre pour mieux laisser le reste de leurs concitoyens profiter de l’existence aura lieue en la présence exceptionnelle du président de la république, du président du MEDEF et de la plupart des dirigeants syndicaux. Une grande fête en perspective au cours de laquelle le président de la république devrait remettre la corde d’or à titre posthume à Omar Kader, patron de la petite entreprise informatique Infocorp, au bord de la faillite qui a préféré se suicider avec tous ses employés afin de palier à sa dette financière et au problème du reclassement de ses salariés.

19:59 Écrit par Coralie dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : satirique suicide actu |  Facebook |

16/07/2007

Le bloggueur solitaire

Une question m’est venue du fait de l’incapacité de mon blog à devenir une plaque tournante de la communauté internatique : à quoi cela sert d’écrire lorsque l’on est pas lu ? C’est en effet un vaste paradoxe que de n’écrire que pour soi-même, ça donne une vision de soi extrêmement nombriliste et égocentrique. Certes, l’acte d’écriture en lui-même est forcément égoïste. Les vrais philosophes sont des « Socrate », ceux qui vivent et essayent de rester dans la sagesse, les « Platon » ne sont que des pêcheurs d’orgueil. Comment peut-on être assez imbu de soi-même pour avoir la prétention de croire que ce qui peut sortir d’un cerveau à une valeur telle qu’elle mérite d’être gardée sur papier (alors que la communication normale est, par essence, une parole éphémère de l’instant) ? Avoir une telle démarche, c’est forcément mettre sa pensée et son opinion propre sur un piédestal.

 

D’où ce constat : je suis un être atrocement nombriliste et égocentrique.

 

Le savoir et rester dans ce schéma est une insulte à la modestie et à l’humilité qui sont pourtant des valeurs que j’ai toujours admiré et cherché à atteindre. C’est d’autant plus atroce que je suis la première à critiquer les êtres nombrilistes qui ont tendance à s’écouter parler sans forcément prendre le temps d’écouter les autres. De fait, je m’auto-fustige de défauts que je sais avoir. Il m’a toujours été facile de recenser de mes défauts et d’en enfler le trait mais, une telle attitude a des effets pervers : il anime un sentiment d’empathie à mon égard et, plus ou moins consciemment, c’est bien ce sentiment là qui est recherché. On m’a mis un jour devant le fait accompli : s’auto-dévaroliser oblige l’entourage à vous revaloriser, il oblige l’entourage à mettre en avant les qualités que j’oublie de mentionner, il oblige l’entourage à vous donner une belle vision de vous-même, et du coup, je me complaît dans cette flatterie.

 

Je parle au présent, peut-être ceci n’est-il pas tout à fait adéquat. En effet, à l’heure actuelle, j’ai troqué mon auto-dévalorisation morale contre une auto-dévalorisation physique. Il est vrai que j’ai réussi à trouver une relative paix intérieure entre mon égocentricité et mon idéal d’altruisme : à accepter et assumer ma propre imperfection morale. Ainsi je continue à écrire, tout en ayant conscience que cet acte lui-même est profondément égoïste car je ne suis plus dans cette période d’angoisse adolescente où ma plume ne savait noircir que des thèmes lugubres de solitude, de désespoir et de suicide. Les temps ont changés depuis cette époque (j’ai l’impression de parler d’un temps qui date d’il y a 1000 ans pour paraphraser la formule baudelairienne), le besoin d’écrire n’est plus à présent dépendant de mon expression de mal être. Il n’est plus cette sorte de pansement aux plaies de mes tracasseries post-pubères, le palliatif qui me permettait de me suicider sur papier plutôt que de tenter de le faire en réalité. A présent, écrire, c’est chercher à être écoutée, être prise en considération autrement. C’est aussi la recherche de créativité. J’écris à défaut de savoir dessiner, de savoir peindre, de savoir composer… J’écris parce que c’est la seule chose que je puisse faire : raconter des histoires et m’écouter parler. J’écris dans un blog vide tout comme j’écris sur une page blanche : pour l’absolu et le néant, pour moi-même mais moi-même, je ne suis personne.

12:20 Écrit par Coralie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |