12/03/2008

Françaises, Français, Belges, Belges, public chéri, mon amour

decorationVoilà un moment que je n’avais pas dressé le portrait de quelqu’un, je vais ici vous parler d’un humoriste grinçant mort il y a vingt ans : Pierre Desproges.

J’en avais déjà brièvement parlé dans un billet précédent sur les humoristes mais je crois que le bonhomme mérite à ce que je lui consacre quelques lignes supplémentaires. Si Coluche a toujours une grande notoriété par delà sa mort, je crois que Desproges ne bénéficie pas de la même bienveillance posthume. Il faut dire que l’humour de Desproges est noir et grinçant, anticonformiste et sans tabous. Je pense qu’il ne peut pas y avoir de demi-mesure quant à Desproges : on aime ou on n’aime pas. Sa célèbre phrase : « On peut rire de tout mais pas avec tout le monde » lui est très facilement applicable. On ne peut pas dire qu’il s’embarrasse de scrupules : la politique, la shoah, le racisme, l’insécurité, la vieillesse, le cancer… Tout est prétexte à un humour caustique. A réécouter les réquisitoires du tribunal des flagrants délires (émission qui passait sur France Inter entre 1980 et 1983 disponible en CD dans votre fnac la plus proche :-P), je me demande si un seul comique peut se permettre d’être aussi grinçant au jour d’aujourd’hui. Peut-être Stéphane Guillon s’approche-t-il un peu de ce que Desproges faisait dans le côté cassant. Mais je ne crois pas qu’un seul comique puisse s’attaquer ainsi à ces sujets. 

Je vous conseille de visionner ou d'écouter les oeuvres de Desproges qui sont toujours d'actualité et traitées d'une façon tout à fait originale.


Je vous laisse en guise d'avant-goût quelques citations de Desproges :

  •  Il n’y a rien que je méprise autant que la droite sinon la gauche.
  • S'il n'y avait pas la science, malheureux cloportes suintants d'ingratitude aveugle et d'ignorance crasse, s'il n'y avait pas la science, combien d'entre vous pourrait profiter de leur cancer pendant plus de cinq ans ?
  • Si on ne parlait que de ce qu'on a v, est-ce que les curés parleraient de dieu ? Est-ce que le Pape parlerait du stérilet de ma belle-soeur ? Est-ce que Giscard parlerait des pauvres ? Est-ce que les communistes parleraient de liberté ?
  •  Comme disait Himmler en quittant Varsovie pour la Hollande : « On ne peut pas être à la fois au four et au moulin. »
  •  On peut très bien vivre sans la moindre espèce de culture, moi-même, je n’ai pas mon permis de conduire et ça ne m’a jamais empêché de prendre l’autobus.
  •  Comme disait Confusius : « Une civilisation sans la science c’est comme un poisson sans bicyclette ».
  • Il est important de vieillir sans emmerder les jeunes, c’est une simple question de bonne éducation.
  • Hélas, je ne peux que conseiller aux racistes viscéraux de retourner se masturber en lisant Mein Kampf.

15:06 Écrit par Coralie dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Je pense donc tu suis: quand on n'a pas la pile, on perd la face!

Écrit par : Chtit_fée | 14/04/2008

Ca fait plaisir de voir que tu passes encore sur ce blog bebe_muse ^^

J'ai hésité à la mettre : "Sans pile, on perd la face"

Écrit par : Coralie | 15/04/2008

Je pense que la notoriété de Coluche est principalement due aux resto du coeur. L'humour de Desproges est tout aussi interessant bien que Coluche sait aussi être grinçant. Sans les restos, il est possible qu'ils aurraient gardé à peu près la même notoriété. En voici quelques unes de Coluche:
- S'il y avait un impôt sur la connerie, l'état s'autofinancerait
- Certains hommes aiment tellement leur femme que, pour ne pas l'user, ils se servent de celle des autres
- Combien il y a de gens qui travaillent à la Sécurité sociale ? Un sur quatre
- La hiérarchie c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile
- Je voudrais rassurer les peuples qui meurent de faim dans le monde : ici, on mange pour vous

Ce n'est pas le même humour mais lui aussi serait difficile à imiter de nos jours.

Merci de m'avoir fais redécouvrir Desproges que j'apprécie.

Écrit par : Charmant | 29/05/2008

Les commentaires sont fermés.