16/09/2008

La première saga mp3 en bouquin

decoration

Aujourd’hui, on va s’attaquer à la grande littérature de celle qui reste à jamais gravée dans les annales de la culture humaine, je veux parler de l’œuvre littéraire immortelle d’un certain John Lang (qui n’est pas le fils de Jack) mieux connu sous le pseudonyme de Pen of chaos (POC pour les intimes) ou par la périphrase suivante : le créateur du donjon de Naheulbeuk.

 

Naheulbeuk, pour mémoire, est une saga mp3 racontant l’histoire d’une compagnie de bras cassés qui cherchent à devenir des vrais héros. Cette saga comprend deux saisons consultable gratuitement en mp3 :  la première où la compagnie est paumée dans un donjon et la deuxième où celle-ci parcourt la terre de Fangh vers un endroit paumé pour retrouver leur mystérieux commanditaire qui se trouve être un méchant mage qui veut précipiter la fin du monde. Et… nous avons une troisième saison qui elle n’est pas en format mp3 : La Couette de l’Oubli.

C’est le premier roman du genre héroic-fantasy parodique que je lis et, pour moi, le livre remplit son rôle. On retrouve les personnages que l’on a pu apprécier dans la saga de Naheulbeuk, leur caractère n’est pas dénaturé après la question est : est-ce que le roman apporte plus que la saga audio ? Là-dessus, je ne saurais dire. Il y a une place plus importante qui est faite aux personnages secondaires et à des anecdotes qui ont traits, par exemple, au conflit religieux qui a lieu en terre de Fangh (tout le monde se tape dessus pour son Dieu). Cependant, j’aurais aimé que l’on est des nouvelles de l’autre méchant de l’histoire dans cette Couette de l’Oubli de Zangdar et de son fidèle conseiller Reivax qui sont un peu les Minus et Cortex de la terre de Fangh… Or, on dirait que ceux-ci ont été absorbés par la Couette de l’Oubli tant on en entend plus parler. Mise à part cela, le roman recèle de bonnes situations rocambolesques (notamment l’attaque sur le bateau qui est des plus mémorables) et des conneries du nain, toujours en grande forme.

Bref, pour les fans de Naheulbeuk, je vous recommande de plonger dans ce roman, ça se lit vite et ça devrait vous plaire. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, allez donc faire un tour sur le site de Naheulbeuk, vous m’en direz des nouvelles !

10/09/2008

Quand les mammifères pondront des œufs…

ornithorynque

Aujourd’hui, je vais me prendre pour le professeur Burp de la Rubrique-à-Brac (si vous voulez plus d’info regardez dans les articles précédents) et vous présenter un animal (voire même deux) qui me fascine par son caractère totalement incongru. Ces animaux viennent d’Australie et ont la particularité d’avoir à la fois des caractéristiques du reptile et du mammifère, ils font parties de l’ordre des « monotrèmes » (à vos souhaits !).

Dans l’ordre des monotrèmes, disais-je, on trouve cette bestiole bizarroïde : l’ornithorynque. L’ornithorynque est une sorte de castor aux pattes palmées avec un bec de canard. Lorsqu’il a été découvert, en 1798, de nombreux scientifiques ont cru à un canular tant cet animal diffère des mammifères déjà existant. Cependant, il n’y a pas que son aspect physique qui est surprenant. L’ornithorynque est muni de crochets venimeux sur ses pattes qui n’est pas mortel pour l’homme mais dont on n’a à l’heure actuelle pas trouvé d’antidote. L’ornithorynque passe une grande partie de son temps sous l’eau cependant, du fait de son bec bizarre qui s’ouvre jusqu’aux oreilles, ce dernier est sourd et aveugle en milieu sous-marin alors, pour fondre sur ses proies, comment fait-il ? Eh bien, il a une sorte de sixième sens : l’électrolocalisation. Il détecte le champ électrique produit par les contractions musculaires de ses proies, les monotrèmes sont les seuls mammifères qui ont cette capacité.

Ca ne suffit pas pour vous impressionner ? Voici une autre information, les ornithorynques sont ovipares, ils pondent des œufs que la femelle couve.  Des œufs ? Mais pourquoi considère-t-on que les ornithorynques sont des mammifères ?

Eh bien, même si ça paraît surprenant, le critère qui sépare les mammifères d'autres espèces est l'allaitement des petits. Et comment les ornithorynques les allaitent-ils ? Là encore, la technique est des plus inédites : les femelles ornithorynques n'ont pas de mamelles que les petits pourraient téter mais des glandes situés à différents endroits du corps.

Le lait coule depuis ces glandes sur la fourrure de l'ornithorynque et les petits lèchent le pelage de leur mère pour récupérer un peu de lait.

 

echidneUn autre type d'animal a cette particularité d'être un mammifère ovipare : l'échidné. C'est quoi cette bestiole ? Encore un animal australien. C'est une espèce de fourmilier à allure de porc-épique. Les femelles échidné pondent des œufs qu’elles ne couvent pas mais gardent dans une poche ventrale pendant une période d’incubation avant qu’ils n’éclosent. Il y a un joli conte aborigène qui concerne les échidnés. Il se raconte qu’un groupe de chasseurs poursuivait une bestiole locale (un wombat, sorte de grosse marmotte australienne). Ils lancèrent des flèches sur ce dernier mais celui-ci réussit à s’enfuir malgré les flèches. L’animal, pour assurer sa sécurité se transforma donc en cette bête piquante : l’échidné.

Voilà les amis pour cette petite page biologique qui vous donnera peut-être envie de découvrir l’Australie.