29/10/2008

déménagement

Il est à présent temps de dire au revoir à ce blog et de penser à déménager. Après ces années de loyaux services, l'affichage sous internet explorer est devenu trop chaotique pour continuer avec skynet. Ce blog reste consultable mais n'aura plus d'article, les nouveautés seront à présent visibles sur : http;//corablog.over-blog.fr un nouveau blog qui j'espère tiendra plus le coup.

Rendez-vous donc sur http;//corablog.over-blog.fr

14:11 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/10/2008

La langue à l'étude

Bon, aujourd’hui, on ne rigole plus, on va parler d’un objet d’étude non identifié dans le vaste monde universitaire, un domaine qui a un nom barbare et auquel j’ai osé m’attarder malgré la peur panique que son évocation peut provoquer. Ce domaine étrange qui se trouve à la jonction des lettres et des sciences humaines et pas si loin de la sociologie, cette discipline grâce à laquelle, un jour, j’espère gagner ma vie (on peut toujours rêver…), ce domaine qui semble si évident et si étrange, ce domaine à qui je voue un intérêt particulier c’est  celui des : « Sciences du Langage ».

Comme le nom l’indique, les sciences du langage regroupent un certain nombre de « sciences » ou dirons-nous de champs d’études différents qui sont liés au langage comme la syntaxe, la morphologie, la phonologie, la sociolinguistique etc. Je ne vais pas vous assommer de termes barbares tout de suite.

Mais, qu’est-ce que c’est que les « sciences du langage », entends-je dans le fond ? En fait, ce terme désigne tous les domaines de la linguistique dite moderne, c'est-à-dire de la linguistique remise au goût du jour au début des années 1900 par un certain Ferdinand de Saussure (je reviendrais à ce charmant monsieur tout à l’heure).

Mais, qu’est-ce que c’est que la linguistique et la linguistique moderne, d’abord ? Eh bien, c’est à la base une idée assez saugrenue qui repose sur le fait de chercher à comprendre comment on parle, qu’est-ce que c’est que la langue. J’emploie le terme « saugrenu » dans la mesure où tout le monde parle, sait parler et personne n’a besoin de cours pour savoir comment parler, c’est quelque chose que tout humain normalement constitué sait faire pour peu qu’il soit au contact d’autres humains. L’objet d’étude de la linguistique est cependant de décrypter l’articulation du langage, de faire une analyse des tenants et des aboutissants de ce code étrange qui permet de communiquer plein de choses bien plus complexes que ce que peut faire une abeille en dansant.

Alors, mon capitaine, c’est comment qu’on fait pour étudier la langue ? A l’heure actuelle on commence par le commencement c’est-à-dire par le best-seller du petit monde de la linguistique : Le Cours de Linguistique Général de F. de Saussure (c'est le gars en photo à droite). Le Cours de Linguistique Général, que tout étudiant en sciences du langage vous abrégera en « CLG », est la base de la linguistique moderne et considère plusieurs préceptes.

Les trois dichotomies du langage

decorationQu’est-ce que c’est que cette bestiole « des dicos de Tommy » ? C’est qui Tommy ? Je croyais qu’on parlait de Saussure ? Ne nous emballons point. Une dichotomie c’est un terme qui désigne tout simplement une division entre deux réalités. Dans le cas présent, ce sont trois distinctions importantes qui sont faites au niveau de l’étude linguistique et de la façon d’envisager les éléments de la langue. Pour prendre un exemple trivial, en musique, on fera la distinction, par exemple, entre les sons graves, aigus bien que les deux soient des sons, là, on est sur le même principe. Saussure propose de faire une distinction dans le langage.

Langue/Parole

Selon notre ami Ferdinand (vous êtes intime avec lui, maintenant),  le langage est scindé en deux : la langue et la parole. La langue, c’est ce qui se trouve dans votre tête : des règles grammaticales concrètes, des structurations de phrases. Tandis que la parole, c’est l’acte de parler, c’est le produit de l’application des codes de la langue. La parole est liée à un contexte tandis que la langue elle, ne change pas selon la situation.

Ferdinand propose donc de chercher à comprendre la langue, la partie non visible de l’iceberg du langage, celle qui est cachée dans un recoin du cerveau mais, je vous rassure, pas besoin de faire de dissection pour cela.

Signifiant/Signifié

Autre grande distinction de Ferdinand : la différence entre signifié et signifiant. On considère qu’un mot est en fait scindé en deux parties. Il y a sa forme, la façon de le prononcé, de l’écrire qui est dépendante d’une langue particulière, d’un contexte particulier, c’est ce que l’on désignera par le signifiant. D’autre part, il y a le sens du mot, l’idée qu’il représente et qui est commune quelle que soit la langue, c’est ce que l’on appellera le signifié d’un mot.

Diachronie/Synchronie

Plus complexe à intégrer, c’est le fait de chercher à analyser une langue selon deux approches différentes. Soit on analyse l’état de la langue à un instant T, sans se soucier de ses évolutions passées ou avenir : c’est ce qu’on appelle l’approche synchronique. A l’inverse, on peut faire une étude étymologique en diachronie c’est-à-dire en envisageant l’évolution d’une langue au cours du temps.

 

La linguistique moderne structuraliste est donc axée sur la langue, sur une étude synchronique de celle-ci et cherche, comme toutes les sciences humaines, à se rapprocher des « sciences dures » en employant des formalismes, des bases de mathématiques.

 

Là je sens venir la question, en quoi c’est révolutionnaire tout ça ? C’est assez évident et simple alors qu’est-ce qui fait que c’est si essentiel et que je vous bourre la tête avec ça ? Eh bien, il faut savoir qu’avant Ferdinand et les autres structuralistes, on faisait de la linguistique pour des raisons étymologiques, pour chercher à savoir l’évolution des langues et à comparer des langues mortes entre elles. C’est une approche qui a son intérêt mais qui a aussi mené à des abus et à des combats puérils du style : « C’est moi qui ait la plus belle langue !

-Non c’est moi !

- Moi, j’ai des belles exceptions grammaticales !

-Oui mais moi j’ai plus de mots différents que toi ! Et puis j’ai plus de sons différents !

- Oui mais moi j’ai des mots qui servent à rien !

- Moi j’ai plein de temps différents associés à mes verbes ! »

Des débats sans fins pour savoir qui avait la langue la plus pure, la plus vraie et par voie de conséquence qui était issu du peuple le plus beau. De fait, au XIXème alors que le nationalisme montait en flèche en Europe et que les patries cherchaient à se dominer les unes, les autres, il y eut un certain nombre d’écrits pour démontrer que la langue de Goethe est la plus pure et la plus grande (et on se demande après où Hitler est allé pomper ces théories sur les aryens…).

 

Alors, mettre toutes les langues sur un pied d’égalité, avoir des critères formels et essayer de les analyser via des critères scientifiques, c’était une vraie révolution dans la manière d’envisager les choses.

 

Pour conclure sur ce petit cours d’introduction à la linguistique, je vous dirais qu’il ne faut jamais oublier un point essentiel : une langue est rattachée à un peuple, à une région et à une vision du monde. Il y a autant de vision du monde que de langues. Les langues naissent vivent et meurent, elles sont en constantes évolution. Plus une langue est utilisée, plus elle est soumise à des changements dans sa manière d’être prononcée, dans son vocabulaire, dans son orthographe aussi. Il n’y a qu’un seul type de langue qui ne change pas et ne pourra jamais changer : les langues mortes.

 

C’est pourquoi, quitte à s’intéresser au langage et à la langue autant s’intéresser à celle qui est sous nos yeux, en synchronie, sans jugement sur ses évolutions mais en cherchant simplement ce qui se cache derrière le signifiant d’un mot, quel règle étrange de la langue, dans notre cerveau, nous pousse à l’utiliser de la sorte. Voilà ce qui me passionne dans l’étude du langage. Je posterai peut-être un nouvel article à ce sujet prochainement.

10/09/2008

Quand les mammifères pondront des œufs…

ornithorynque

Aujourd’hui, je vais me prendre pour le professeur Burp de la Rubrique-à-Brac (si vous voulez plus d’info regardez dans les articles précédents) et vous présenter un animal (voire même deux) qui me fascine par son caractère totalement incongru. Ces animaux viennent d’Australie et ont la particularité d’avoir à la fois des caractéristiques du reptile et du mammifère, ils font parties de l’ordre des « monotrèmes » (à vos souhaits !).

Dans l’ordre des monotrèmes, disais-je, on trouve cette bestiole bizarroïde : l’ornithorynque. L’ornithorynque est une sorte de castor aux pattes palmées avec un bec de canard. Lorsqu’il a été découvert, en 1798, de nombreux scientifiques ont cru à un canular tant cet animal diffère des mammifères déjà existant. Cependant, il n’y a pas que son aspect physique qui est surprenant. L’ornithorynque est muni de crochets venimeux sur ses pattes qui n’est pas mortel pour l’homme mais dont on n’a à l’heure actuelle pas trouvé d’antidote. L’ornithorynque passe une grande partie de son temps sous l’eau cependant, du fait de son bec bizarre qui s’ouvre jusqu’aux oreilles, ce dernier est sourd et aveugle en milieu sous-marin alors, pour fondre sur ses proies, comment fait-il ? Eh bien, il a une sorte de sixième sens : l’électrolocalisation. Il détecte le champ électrique produit par les contractions musculaires de ses proies, les monotrèmes sont les seuls mammifères qui ont cette capacité.

Ca ne suffit pas pour vous impressionner ? Voici une autre information, les ornithorynques sont ovipares, ils pondent des œufs que la femelle couve.  Des œufs ? Mais pourquoi considère-t-on que les ornithorynques sont des mammifères ?

Eh bien, même si ça paraît surprenant, le critère qui sépare les mammifères d'autres espèces est l'allaitement des petits. Et comment les ornithorynques les allaitent-ils ? Là encore, la technique est des plus inédites : les femelles ornithorynques n'ont pas de mamelles que les petits pourraient téter mais des glandes situés à différents endroits du corps.

Le lait coule depuis ces glandes sur la fourrure de l'ornithorynque et les petits lèchent le pelage de leur mère pour récupérer un peu de lait.

 

echidneUn autre type d'animal a cette particularité d'être un mammifère ovipare : l'échidné. C'est quoi cette bestiole ? Encore un animal australien. C'est une espèce de fourmilier à allure de porc-épique. Les femelles échidné pondent des œufs qu’elles ne couvent pas mais gardent dans une poche ventrale pendant une période d’incubation avant qu’ils n’éclosent. Il y a un joli conte aborigène qui concerne les échidnés. Il se raconte qu’un groupe de chasseurs poursuivait une bestiole locale (un wombat, sorte de grosse marmotte australienne). Ils lancèrent des flèches sur ce dernier mais celui-ci réussit à s’enfuir malgré les flèches. L’animal, pour assurer sa sécurité se transforma donc en cette bête piquante : l’échidné.

Voilà les amis pour cette petite page biologique qui vous donnera peut-être envie de découvrir l’Australie.

 

22/11/2007

Etes-vous cortical droit ?

Voilà une question que vous n’avez certainement jamais dû vous poser et pourtant, c’est une question que certains recruteurs pourraient se poser à votre sujet. Mais d’abord : c’est quoi un cortical droit ?

Le cortical droit (tout comme le gauche d’ailleurs) est une partie du cerveau. Suivant qui nous sommes nous avons une partie du cerveau qui sera plus développée qu’une autre et c’est en partie ce qui définit notre caractère. Le test que je vous propose de faire est un questionnaire de quarante questions qui va déterminer qui vous êtes (vaste programme).

Avant ça, je vous explique un petit peu le petit schéma ci-dessous qui est censé représenter les différentes parties du cerveau :


cerveau


Alors, le fait est que selon vos deux principales dominantes, on va vous classer dans différentes cases. Si vous êtes majoritairement :
- Cortical Gauche et Limbique Gauche : vous êtes Gestionnaire
- Limbique Gauche et Limbique Droit : vous êtes Concret
- Limbique Droit et Cortical Droit : vous êtes Stratège
- Cortical Droit et Limbique Gauche : vous êtes Théoricien
- Cortical Gauche et Limbique Droit : vous êtes Commercial
- Limbique Gauche et Cortical Droit : vous êtes Politique

Voilà donc le lien pour faire le test :
http://membres.lycos.fr/selliv/questionnaire2.php

Perso, je suis majoritairement Cortical Gauche et Limbique Droit, Rationnel et Ressenti donc... Commercial

Et vous, vous êtes quoi ?

16:59 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

06/09/2007

Charles-Momo

decoration

Aujourd’hui, rubrique inédite, je vais vous présenter quelqu’un que je connais bien vu que cela fait près de vingt-deux ans que je vois son buste trôner au milieu du centre ville de la bonne vieille bourgade de Valençay, j’ai nommé Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (Charles-Momo pour les intimes).

 Talleyrand (1754-1838) est le plus grand opportuniste que la France ait connu à ce jour, c’est d’ailleurs ce qui a fait de lui un très bon politique.

 Charles-Momo connaît un début de carrière difficile, né avec un pied bot, il est privé du droit d’aînesse et, du coup, obligé d’entrer dans les ordres, comme cela se faisait à l’époque. Il finit par devenir évêque peu avant la révolution française de 1789. Durant cette révolution, Talleyrand prend parti pour les révolutionnaires. Il participe à l’élaboration de la Constitution et rédige même un article de la déclaration des droits de l’homme. En 1790, il donne sa dem’ au pape, il n’est plus prêtre.

 Talleyrand sens ensuite que le vent tourne, que la Terreur est proche et que la guillotine risque de fonctionner à plein. Il décide donc d’aller s’exiler quelques temps en Angleterre jusqu’à ce que Robespierre passe l’arme à gauche.

 Durant le Directoire, de retour en France, Talleyrand est ministre des relations extérieures. Cependant, insatisfait du Directoire, Charles-Momo décide de filer un coup de main à un général pas encore très connu, un certain Napoléon Bonaparte, pour faire un coup d’état du 18 brumaire (pour mémoire on est en 1799).

 En 1802, alors qu’il est devenu super ministre de Napoléon, celui-ci lui dit d’acheter une barraque. Charles-Momo lui rétorque qu’il n’a pas d’argent. C’est alors que Napo finit par payer à Talleyrand la quasi-totalité de la demeure où il va résider : le château de Valençay (d’où le fait qu’il y ait un buste de ce gonze à Valençay). Après le sacre de Napo, Talleyrand gagne du galon et est nommé Grand Chambellan.

 En 1808, Napo lui confit les princes d’Espagne qu’il a fraîchement capturés. Charles-Momo les héberge à Valençay. Cependant, Talleyrand n’aime pas la tournure que prend les choses et commence à fomenter contre l’empereur ce qui lui vaudra la célèbre remarque de Napo à son égard : « Vous êtes de la merde dans un bas de soie. »

 A Valençay on raconte que si le fromage de chèvre qui s’y fait est en forme de pyramide tronqué c’est à cause de Napoléon. Talleyrand aurait amené un fromage de Valençay à l’empereur, fromage en forme de pyramide, celui-ci aurait dit que les pyramides lui rappelaient trop la campagne (assez mauvaise) d’Egypte, et, pour cela, a exigé que l’on coupe le haut de ces fromages.

 A la Restauration, quand Louis XVIII revient au pouvoir, Talleyrand est encore là comme président du Sénat. Il participe ensuite au Congrès de Vienne où il essaye de faire la paix avec les pays voisins (Napo ayant fait pas mal de dégâts diplomatiques en Europe).

 Bref, en un mot comme en cent, quel que soit le régime, il était toujours là.

 Voilà, c’était la page historique du jour. Merci d’avoir lu.

22:03 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2007

Peur & Politique

SarkozyOn me dit que j’ai des opinions politiques tranchées ; sur certains sujets c’est vrai, pourtant, je ne crois pas être extrêmement politisé. Je n’ai ma carte nulle part et à part quelques manifs et gueuler contre l’écran télé, c’est à peu près ce à quoi se résumé mon engagement. Cependant, en ce moment, il est vrai que j’ai peut-être une force politique ascendante mais cela c’est avant tout parce que j’ai un très mauvais pressentiment…

 

Je n’ai rien contre Chirac et son gouvernement. Enfin, je n’aime pas leurs idées, je n’aime pas les réformes qui sont initiés par ce gouvernement mais je n’ai pas peur de ce système. La sauce est toujours la même, des gens pas contents, des réformes pas terribles et une situation merdique plus ou moins stable qui est bien loin d’être idéale mais qui n’est pas bien pire que celle d’avant. Alors qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui fait que cette élection me semble décisive ? D’abord, il faut remonter à 2002. La dernière présidentielle s’est finie sur un problème inédit que personne n’a oublié : la monté des extrémismes. Je dis bien « des » extrémismes car si Le Pen a fait près de 20%, Besancenot et Laguiller ont emporté plus de 10% des suffrages à eux deux. Or, lorsque les idées extrémistes gagnent du terrain c’est qu’il y a manifestement un sentiment de mal-être dans la société. Ce sentiment de mal-être au lieu de l’éradiquer, l’action du gouvernement n’a fait que l’entretenir. Le problème des banlieues, le problème de l’immigration, le problème du chômage, le problème des sdf… ce ne sont pas des problèmes nouveaux ! La nouveauté, ça a été de faire de ces problèmes l’événement principal de l’information et donc, d’augmenter le sentiment de mal-être à des gens qui allaient déjà assez mal.

 

Et, dans ce climat de crainte, est arrivé Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa.

 

Comment expliquer ? Comment vous expliquer pourquoi cet homme me fait peur ? Comment vous expliquer que lorsque je le vois, haranguer les foules, monopoliser les médias, lorsque j’entends sa conviction, lorsque je vois les foules qui l’acclament, les phrases chocs qu’il utilise, les voix qu’il prend au front national, je ne peux m’empêcher d’avoir au fin fond de ma mémoire la vision d’un certain dictateur d’Outre-Rhin ? Je sais que c’est aller très loin mais cette utilisation des médias à outrance, ces lois qui réduisent les libertés, une armée de policiers à qui on donne toujours un peu plus de pouvoir, le renvoi des immigrés en charters, les lois qui font des mendiants et des putes des délinquants, qui veut faire de la justice non pas un endroit où on défend mais où on doit donner des « peines exemplaires » (c'est-à-dire toujours plus lourdes) à des fins dissuasives, tout ça, je ne peux pas ne pas le mettre en parallèle avec des mesures plus radicales qu’il m’est inutile de mentionner ici.

 

Oui, je crains que cet homme n’arrive au pouvoir.

 

Comment, en regardant son parcours politique, ses trahisons successives, son obsession d’aller toujours plus haut, cette envie d’accéder au pouvoir absolu, comment ne pas avoir peur de ce qu’il fera de ce pouvoir si jamais il l’obtenait… ? Moi, je ne peux pas.

 

Peut-être me trouverez-vous paranoïaque, peut-être avez-vous raison mais, à présent, vous savez les raisons pour lesquelles je me ligue parfois avec véhémence contre lui.

16:53 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2006

La minute mégalomaniaque

Je l’avoue, je m’aime bien. Il a fallu du temps pour que je cesse de me considérer comme une naze qui n’arriverait jamais à rien dans la vie et dont l’existence était une erreur de la nature mais maintenant, je peux le dire, je m’aime bien.

 

Je vais donc vous faire subir les questions d'un questionnaires qui parlent de moi exclusivement, ce qui, je le reconnais, sera une lecture saoulante pour la plupart des gens qui viendront ici mais, je le jure, je ne reposterai pas d'autres questionnaire de ce genre sur ce blog... 

 

 

* Prénom : Coralie
* Surnoms : J’en ai pas trop mais en cherchant bien, il reste quelques irréductibles qui persistent à m’appeler Coco, Jean Paul m’appelle Cox mais c’est tout de même très rare, depuis que sur msn j’ai la flemme de marqué le « Lie » de mon prénom, quelquefois c’est Cora.

* Ville : Valençay le week end, Orléans en semaine
* Ville Natale : Châteauroux
* Nationalité : Gauloise (comme la clope)
* Date de naissance : samedi 7 décembre 1985
* Signe astrologique : sagittaire
* Taille : 1m presque 70
* Poids : 74 kg... euh... la dernière fois que je me suis pesée, en ce moment ça doit être un peu plus..
* Cheveux : colorés roux qui virent au blond lorsque la coloration est passée et châtain à la racine
* Yeux : bleus gris ou gris bleus, comme vous voulez
* Diplômes : Bac S mention AB, Licence en Sciences Du Langage
* Profession : étudiante
* Ce que tu veux faire plus tard : What an interresting question ! Avoir un job qui me plaît.
* Ce que tu voulais faire quand tu étais petite : chanteuse, actrice, écrivain (l’écrivain reste toujours  dans ma liste actuelle d’ailleurs)
* T’es deux plus grandes qualités : sincère, assez marrante
* T’es deux plus grands défauts : susceptible sur certaines choses (mais je me soigne) et donc de mauvais poil une fois susceptibilisée, assez têtue parfois
* Nombre de frères et soeurs : 0

oO Quelques questions pour se connaître encore plus Oo

* Qui se cache dans le placard ? : la sorcière du placard à balai (cf Gripari) et un épouvantard (cf Harry Potter)
* Meilleur souvenir : des soirées lors du mouvement anti-CPE
* Pire souvenir : une bonne partie du collège
* Sportif ? : Championne de Tarot :-P
* Phobie ? : Les lasers (je sais c’est débile mais c’est le principe d’une phobie) et j’ai aussi facilement le vertige
* Verre à moitié vide ou à moitié plein ? : Deux fois trop grand !
* Collection ? : Sorcières
* Radio que t'écoutes ? : Rire&Chansons, France info, Europe 1
* As tu des tatouages ? : Non, mais j’ai des boutons sur la figure
* As tu des piercings ? : Oui, un trou à chaque oreille !
* Si tu avais un tatouage ce serait où et quoi ? : ce serait sûrement un dessin tribal dans le bas du dos mais très franchement, j’ai pas l’intention de m’en faire un…
* Si tu pouvais vivre à une autre époque : maintenant, avant, c’est toujours la même galère, je suis bien là où je suis…
* Si tu pouvais changer quelque chose dans ton corps : bah, en fait, je m’y suis faite… Un visage moins rond peut-être et de la graisse en moins.
* Si tu devais mourir dans 10 minutes : je me régalerais d’une boisson chaude que j’aime, je mangerais aussi, j’écrirais peut-être une lettre pour ceux que j’aime et j’essaierais de rassembler mes meilleurs souvenirs

* Si tu pouvais être un animal : ce serait un animal aquatique, dauphin, requin, baleine…
* Donnerais tu ta vie pour un(e) ami(e) que tu aimes beaucoup : Je ne sais pas
* Donnerais tu un organe pour une personne que t'aime : Oui
* Préfères tu l'amour ou l'amitié : l’amitié a quelque chose de beaucoup moins égoïste que l’amour
* Préfères tu ta famille ou tes amis : mes amis (je les ai un minimum choisis) * Pire sentiment : se satisfaire de la cruauté
* Penses tu que la magie existe : tout est magique, la preuve, on se demande toujours par quel magie on a pu former l’univers, créer la vie ?
* Penses tu que les rêves prémonitoire existent : je pense que Freud a raison : l’inconscient sait des choses que notre conscient ignore
* Ton dernier rêve : …
* Ton dernier cauchemar : …
* Que penses tu de la fidélité : c’est essentiel
* Que penses tu du romantisme : si c’est sincère, c’est superbe

oO Je préfère Oo

* Lune ou soleil : Lune
* Théatre ou ciné : Théâtre
* Ville ou campagne : Campagne
* Plume ou bic : Plume
* Déo ou parfum : Déo
* Pile ou face : je préfère avoir la pièce de monnaie dans mon porte-monnaie ^^
* Chaussures ou baskets : Chaussures
* Ange ou démon : Démon
* Radine ou dépensière : Radine
* Relax ou stressé : Zen
* Le lieu où tu aimerais vivre : dans une petite ville en bord de mer
* Veux tu des enfants plus tard : je ne sais pas
* Avion ou TGV : voiture
* Animal préféré : le Marsupilami
* Parfum : l’odeur de l’herbe coupée, le chèvrefeuille
* Couleurs : bleu violet
* Jour ou nuit : Nuit
* Eté ou hiver : Automne
* Dentelle ou satin : Dentelle
* Dessin animé préféré : Daria
* Pub préférée : le gars qui va changer les roues de sa F1 tout seul ! Génialissime !
* Film préféré : je vais dire : le placard
* Glace préférée : chocolat
* Matière préférée en cours : Morphologie, Syntaxe, Phonologie
* Boisson préférée : chaud : café libanais ; vin : sauterne ; alcool : manzana ; sans alcool : jus de fruits

oO Ais-je déjà ... Oo

* Eté tellement bourrée que tu es tombé dans les pommes : Non
* Louper le travail parce qu'il pleuvait : Non
* Mis une partie de ton corps dans du feu pour t'amuser : Non
* Eu un(e) ami(e) imaginaire : J’ai essayé à un moment donné, mais, ça a pas marché
* Pleuré pendant un film : oui, le mieux pour ça c’est le tombeau des lucioles !
* Eu le béguin pour un prof : oui, si on envisage que le béguin n’est pas une chose qui implique de vouloir conclure mais relève du simple fantasme
* Coupé tes cheveux : Non, jamais, ils tombent tout seul en hiver
* Déja pleuré : Oui, même pendant des films
* Mis une jupe : Et des collants avec !
* Rencontré quelqu'un de nouveau : Non, jamais, je ne connais que moi, moi !
* Rangé ta chambre : C’est Mary Poppins qui s’en charge en claquant des doigts
* Conduit une voiture : J’ai même mon permis
* Touché les fesses de quelqu'un que tu connaissais pas : dans le tram ça a peut-être dû arrivé
* Fais du skate dans des magasins : je ne fais pas de skate
* Voler : voler des trucs oui, voler comme dumbo non
* Violer : non
*Sécher les cours : jusqu’en première jamais, depuis… je me suis rattrapée

oO Crois tu ... Oo

* En toi : Hmm…
* En tes amis : oui
* Au Père Noël : j’ai passé l’âge
* Au destin : ouais
* Aux fantômes : bof
* Aux aliens : oui, statistiquement parlant, on ne doit pas être seuls dans l’univers
* En dieu : non
* En ton chéri : si j’en avais un, sûrement
* En l'amitié fille/garçon : oui, on peut être pote sans a priori
* Aux horoscope : non
* Au coup de foudre : non et à l’âme sœur non plus

oO Ami(e)s et la vie Oo

* Es-tu amoureuse en ce moment : non
* Qui est le/la plus bruyant(e) : Jean-Paul
* Qui est le/la plus folle : Julie
* Pour les conseils : dépend sur quoi mais je pense à Jean-Paul, Raphi, Virginie
* Vers qui tu viens pleurer : Personne
* En qui as tu le plus confiance : Jean-Paul
* Celui(celle) à qui tu te confies le plus : Jean-Paul
* Celui(celle) qui te fait le plus pleurer : de mes amis ? non, mes amis me font pas pleurer
* Celui(celle) qui est le/la plus bizarre : Cédric
* Personne qui t'énerves en ce moment mais que t'aime bien : Jocker :D
* Personne que tu admires le plus : dans mes amis ? Guillaume, super optimiste malgré l’adversité et adorable
* Est-ce que tes amis essayent de te caser : certains oui mais ils perdent leur temps pour rien
* Message pour quelqu'un en particulier : Je t’adore ! (le jeu c’est de trouver à qui c’est adressé)


oO Musique Oo

* Chanteuse préférée : Jeanne Cherhal
* Chanteur préféré : Cabrel
* Groupe préférés : Merzhin Offspring, Blankass, Celtas Cortos
* Chanson préférée : « Tout le bonheur du monde » de Sinsemilia, « Everybody needs somebody to love » des Blues Brothers
* Style de musique préféré : rock (particulièrement le rock folk), chansons françaises

oO Je suis ... Oo

* Timide : moyennement
* Parano : on dirait parfois mais quand je sens quelque chose c’est en règle général vrai
* Lunatique : je crois pas
* Jalouse : oui excessivement (mais je me soigne aussi)
* Fidèle : en amitié oui
* Prétentieuse : je suis sûrement assez fière de moi mais pas en société
* Polie : oui
* Intelligente : oui (eh oui, je dis « oui » ce qui fait que là je suis prétentieuse puisque c’est une question à laquelle personne n’est censé répondre par l’affirmative parce que ce serait trop flatteur, je dénonce donc cet odieux complot de questionnaire !)
* Dépensière : non
* Peureuse : non
* Abrutie : oui parfois et chiante aussi
* Affectueuse : moyennement
* Radine : ça dépend avec qui
* Egoïste : un peu
* Tendre : assez
* Discrète : plutôt
* Provocante : non
* Alcoolique : un peu
* Conne : oui, je peux être excessivement conne et méchante si on me touche là où ça fait mal
* Capricieuse : un peu
* Boudeuse : un peu

oO Pardonnerais tu Oo

*Si un(e) ami(e) te trahie : non
*Si un(e) ami(e) te ment : oui, à moins que ce soit vraiment grave
*Si un(e) ami(e) est faux cul : heu… si on s’est foutu de ma gueule non
*Si un(e) ami(e) te blesse : oui, s’il l’a pas fait exprès
*Si un(e) ami(e) te pourri la vie : non
*Si ton chéri t'oublie : hmm… je sais pas

*Si ton chéri te trahie pour quelqu'un d'autre : non, même avec des raisons
*Si ton chéri embrasse une fille devant toi : non
*Si ton chéri te ment : dépend à propos de quoi…

oO La bouffe et moi =D Oo

* Es-tu gourmand : oui
* Sucré ou salé : salé
* Riz, pâtes ou purée : spaghetti
* Que préfères tu boire pendant les repas : des vins qui s’accommodent avec le plat que je mange
* Repas idéal : quelque chose du genre : Escargots, Gigot d’agneau flageolets, Tarte au pommes
* Repas préféré : Anniversaire, Noël, Premier de l’An, le menu est toujours génial

15:10 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2006

Ah ! Que le son du brame est triste au fond des bois…

 

Vendredi, je suis allée faire un tour dans les bois (privé comme tout bois qui se respecte) pour aller entendre bramer le cerf.

 

C’est la saison. De fin août à début octobre, pendant un mois et demi, les cerfs usent leurs cordes vocales pour amadouer les biches. Je suis donc aller les entendre à l’occasion d’une soirée spéciale organisée par l’office du tourisme (c’était aussi l’occasion pour les chasseurs de donner une bonne image de la chasse).

 

Bref, dans la nuit noire, au milieu d’un chemin, on s’est retrouvé à une trentaine de personnes, dans un silence religieux, à tendre l’oreille pour écouter le bruit assez étrange du brame. Comment le définir ? Pour moi, c’est entre le meuglement d’une vache et le hurlement d’un loup ; un cri assez roque et assez long. Après une demi-heure, trois quart d’heure d’écoute, retour au bercail. Le brame n’est pas quelque chose de très joli à l’oreille mais, ça a quelque chose d’assez marquant que de s’immiscer dans un certain sens au sein d’un comportement d’animaux en liberté. Bien sûr, je ne suis pas allée dans la savane africaine, observer les lions capturer leur proie mais cette petite expérience à tout de même quelque chose de l’expédition aventureuse parmi la nature sauvage.

17:36 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/08/2006

Ce scraé creaveu !!!

Je ne résiterais pas plus longtemps à vous faire part de cet article écrit par un certain Luc Bornne, il y a déjà un bon bout de temps qui est à la fois un exercice de lecture et un article qui s'appuie un tout petit peu sur de la linguistique (ça tombe bien, c'est mon domaine !).

 

Le creaveu hmauin lit le mot cmome un tuot 

 

Le canular fonctionne à merveille. Depuis une quinzaine de jours environ, circule par courriers électroniques un court texte qui affirme que l’ordre des lettres dans un mot n’est pas déterminant pour sa compréhension dès lors que la première et la dernière lettre sont conservées. Cela donne : « Sleon une edtue de l’uvinertisé de Cmabridge, l’odrre des ltteers  dans un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soit à la bnnoe pclae, est-il écrit dans ce texte. Le rsete peut êrte dans un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlbème. C’est prace que le creaveu hmauin lit le mot cmome un tuot. »

Ce txete a cnnou un scucès fgruulant. Le moeutr de rcechrehe Google tourve puls de 500 occrurences dans les steis franocphones. Muiex econre : la vsieorn angloophne a été reripse sur puls de 4500steis : « Aoccdrnig to a rscheearch at Cmabridge Uinervtisy, it doesn’t mttaer in waht oredr the ltteers in a wrod are… », prévenit le ttxee. Iedm puor l’eagpsnol, où 650 setis au mnios cietnt la « etsduio de una univenrsdiad ignlsea » Des versoins silmireais snot dosniibples en dinoas, en amllaend ou en néerandarils.

            L’ongriie du txtee ne puet être féxie précisémnet. Psieuurls seits ont tarqué en vian l’atueur de cette transorformatin. Queeqlus-uns snot romntés jusqu’à un corurier des letcuers pulbié en mai 1999 par l’hebdadoimare New scientist, où un ainecn thésrad rocante aovir trlaavilé sur le sejut. Mias d’étdue réailsée au sein de l’uvernsiité de Camgribde, auucne trace.  « A ma connaissance, il n’y a eu aucune publication sur ce sujet de la part de mes collègues de Cambridge. », note Jonathan Grainger, dericteur du labo de psychloogie coignitve à Aix-en-Pravonce. (CNRS)

            Bien qu’ « aumsé » par le mail, le chehrcuer réftue une pirtae de la thèse aavncée. D’aobrd prace que le txtee prifote du nmobre iptanomrt de mots de mions de qautre ltteers, qui ne pneveut pas être mdofiiés : dans la pmerière pahrse du mial, sules 15 des 32 mots snot trasfonrmés. La pluaprt des vbeers retsent idinteques, ce qui mnatieint la stucurtre grmamaticale du txtee.

             La démanstrotion ne vuat que si le mélagane des letrtes n’est pas ecessxif. Pour rsteer clair, le txtee tsnraformé diot gerdar un minimum de la structure de chaque mot (mminium de la sructrute de caqhe mot) et ne pas conduire à une trop profonde transformation (une torp pnrfodoe tfitnrsmaroaon). « C’est à la condition qu’il n’y ait pas trop de modifications que le lecteur n’a pas besoin de toutes les lettres ordonnées pour comprendre. », suoligne le liugniste Alain Bentolila. Puor s’en ccnnaoivre, il sffuit de s’esesyar au pragromme de mélngae des ltetres mis en place par un aritste sédiut par la démrache sur le stie : www.teleferique.org/stations/Cliquets/scripts/chogpyrit.

Un travail de ouf.

23:58 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/08/2006

Faisons un rêve

Une fois n'est pas coutume je vais vous parler des méandres de mon inconscient, de l'antichambre avec son gardien comme dirait l'ami Freud (avec le Moi, le Surmoi et le Sournois ^^) : le pays des rêves.

 

Le fait est averré : un être humain qu'on empêche de rêver devient fou. Le rêve est essentiel à notre équilibre mental pourtant, c'est une chose étrange le rêve.

 

Il y a des rêves qui s'évanouissent au réveil, qui en une fraction de seconde disparaissent de notre mémoire. J'ai toujours un instant de panique, un vertige lorsque ça m'arrive. Ca doit être la peur qu'un jour ce soit une partie de ce qu'on a vécu qui s'évanouisse aussi facilement. Mais il y a aussi cette certitude d'avoir rêver, la certitude d'avoir fait quelque chose sans être capable de savoir quoi, c'est une chose déroutante.

 

Il y a les rêves idiots, ceux que je raconte. Comme la fois où j'ai rêvé qu'une bande de squatteur avait investit mon appartement, que je leur expliquais que c'était chez moi et qu'aimablement ils partaient en me disant qu'il restait de la bouffe dans le frigo. C'est assez drôle après coup mais un peu étrange.

 

Il y a les rêves qui te donne des sueurs froides qui font remonter tes peurs. Je me souviens avoir rêvé que je ne pouvais plus parler qu'à des gens morts sans savoir qu'ils l'étaient (ça doit être l'effet sixième sens) et en avoir eu la chair de poule dans mon lit.

 

Parfois, le matin, il y a un flou qui s'installe entre rêve et réalité, on ne sait plus lequel est lequel où on croit se lever mais on est encore dans son lit. Je suppose que c'est à peu près ça la schizophrénie : l'état dans lequel on est lorsqu'on n'est qu'à moitié éveillé.

 

Souvent, dans mes rêves, je monte des escaliers. Je monte avec difficultés, à quatre pattes et ils mènent souvent nulle part. J'ai un rapport bizarre avec les escaliers. Si je ne les monte pas, j'y tombe (une hantise de gamine).

 

Voilà pour mes rêves, bonne nuit à vous.

01:02 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/07/2006

Optimistique-moi

Il y a un moment Julie m’a envoyé un mail-chaîne auquel je n’ai pas donné suite (comme tous les mails de ce type). Je vous le copie :

 

1 Il y a au moins 5 personnes dans ce monde qui t'aiment au point de mourir pour toi

2 Il y a au moins 15 personnes qui t'aiment d'une certaine manière.
3 La seule raison pour laquelle une personne te déteste, c'est parce qu'elle veut être comme toi.
4. Un sourire de toi apporte de la joie à quelqu'un même s'il ne t'aime pas.
5. Toutes les nuits, quelqu'un pense à toi avant d'aller se coucher.
6. Tu représentes le monde pour quelqu'un.
7. Si ce n'était pas pour toi,quelqu'un ne pourrait pas vivre.
8. Tu es Spécial et Unique
9. Quelqu'un dont tu ignores l'existence t'aime.
10. Quand tu fais la plus grosse bêtise,quelque chose de bien provient de celle-ci.
11. Quand tu penses que le monde te tourne le dos, regarde bien: c'est surtout toi qui tourne le
dos au monde!!!!
12. Quand tu penses que tu n'as pas de chance quand tu n'as pas ce que tu veux, tu ne l'auras probablement pas. Si tu crois en toi, probablement, tôt ou tard, tu l'auras.
13. Souviens-toi toujours des compliments que tu reçois. Oublie les remarques méchantes.
14. Dis toujours aux gens ce que tu ressens à propos d'eux, tu te sentiras mieux quand ils le sauront.
15. Personne ne mérite tes larmes et tes pleurs, et celui qui le mérite vraiment ne te fera jamais
pleurer.
16. Si tu as un meilleur ami, prends le temps de lui dire ce qu'il représente pour toi.

 

Ensuite, bien entendu, il fallait renvoyer ce mail à tout le monde que tu apprécies pour leur dire à quel point tu les aimes etc. Je trouve le procédé un peu niais et naïf donc je ne l’ai pas envoyé à qui que ce soit. Il reste toutefois une chose que j’aimerais faire : c’est dire merci à ceux qui m’ont aidé sans forcément le savoir à sortir de cette phase dépressive que j’ai traversée, il n’y a pas si longtemps que ça, et qui m’ont permis de relativiser, de grandir…

 

- Merci d’abord à tous les gens que j’ai rencontré sur les forums que j’ai fréquenté et avec qui je me suis liée d’amitié. Ils m’ont permis de m’investir dans la vie d’un forum (j’en ai même administré) alors que je me sentais seule et sans amie. Ils m’ont aussi permis de comprendre que j’étais une personne sociable alors que je me croyais incapable d’aller vers les autres. J’ai même eu le privilège de recevoir des prix de la part d’autres membres sur la Pàp !

- Merci à mes collègues de boulot avec qui j’ai pu socialisé, moi, la petite fille timide. Merci à tous ceux dont je me suis occupé, j’ai tant appris d’eux. J’ai appris qu’on pouvait être heureux sans parler, sans manger seul, sans entendre, sans marcher. Une pensée particulière pour Justine, du haut de ses 8 huit ans c’est un petit rayon de soleil au sourire plein de chaleur, communicatif, renfermant une vraie joie de vivre. Elle va mal en se moment, elle a été trachéotomisée. J’espère qu’elle gardera encore le sourire quelques temps avant que sa maladie évolutive ne l’emporte, inéluctablement. Oui, j’ai appris beaucoup de choses d’eux tous : communiquer sans parler, comprendre le regard, l’expression du visage, savoir être attentif et aimer ce que la vie donne.    

- Je remercie la bande de gréviste orléanaise auxquels je suis très attachée. J’ai beaucoup grandit dans cette lutte contre le CPE. J’ai réussi à aller vers les autres, à m’engager, à faire des concessions sur beaucoup de choses malgré mon caractère assez difficile par moment. Pour la première fois de ma vie, j’étais intégrée au groupe et pas la fille qui reste dans son coin et ça, c'était un sacré challenge.

- Enfin, je remercie mon pote Jean-Paul qui m’énerve, qui m’agace, qui me prend la tête avec ses histoires mais qui est là, même s’il est loin : généreux, drôle et sympa. Il est comme un grand frère : même si on est très différent, on se comprend et on se fait confiance. Je sais que s’il ne doit en rester qu’un, il restera probablement celui-là et c’est assez rassurant de le savoir.

 

Bravo et merci à ceux qui sont allés jusqu'au bout de ce billet ^^

00:36 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/07/2006

Etes-vous un psychopathe ?

Voilà un test qu'il vaut mieux ne pas réussir. Ceci est basé sur un vrai test psychologique.

 

Vous voulez percer la logique du psychopathe ?

Si vous êtes psychopathe ou si vous avez l'esprit tordu vous pouvez trouvé la "bonne" réponse (personnellement, je n'ai pas trouvé, c'est pas plus mal ^^).

 

 

Voici le test :

Une jeune femme va à l'enterrement de son père. Lors de cet enterrement, elle voit un jeune homme inconnu dont elle tombe éperdument amoureuse. Trois jours plus tard, la jeune femme tue sa propre soeur. Pourquoi ?

 

Réponse : Pour revoir le jeune homme inconnu lors de l'enterrement de sa soeur.

 

Alors, vous êtes psychopathe ou pas ?

16:48 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/06/2006

Plaza de toros

Je sais que je vais me faire lyncher par un certains nombre de personnes en disant cela mais je suis une aficionada : j’aime la corrida. Dois-je vous expliquer pourquoi j’apprécie ?

 

Il est vrai que le taureau est tué (parfois très mal d’ailleurs) et qu’il est très rare de le gracier ; ainsi tous les défenseurs des animaux sont contre moi. D’un point de vue personnel, je trouve le sort des bovins élevés ‘‘en batterie’’ qui ne vivent que pour devenir gros et gras et qui ne voient un pré que tous les 36 du mois bien plus affligeant que celui de ces taureaux de combats. Un taureau de corrida a un destin en quelque sorte, et puis, il a la possibilité de sortir vivant de l’arène (contrairement à ceux qui vont à l’abattoir). Je sais que ces arguments de convaincront que les convaincus néanmoins je trouve aussi réducteur de considérer une corrida comme le meurtre d’un taureau que de considérer la confirmation catholique comme une claque dans la gueule.

 

J’aime donc la corrida.  La corrida a quelque chose du dressage et je vois un peu le matador comme une sorte de dompteur de taureaux. Les passes des toreros sont belles, je ne saurais expliquer pourquoi... Pourquoi aime-t-on un numéro de dressage de cirque ? Pourquoi apprécie-t-on le rodéo ? Pourquoi apprécie-t-on la corrida ? Je crois que tout ça a quelque chose de commun dans une certaine mesure. Bien sûr, le taureau est tué, c’est là qu’est toute la différence, c’est là que porte la controverse, c’est là-dessus qu’on me trouve cruelle et sans cœur.

 

Tout ça pour vous dire que j’ai passé dix jours en Espagne et que j’ai vu une novillada (corrida avec de jeunes taureaux) à Burgos, que c’était l’occasion où jamais pour moi de voir une corrida en vraie et que je n’ai pas été déçue du voyage.

22:31 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/05/2006

Dessine moi un partiel...

Après deux semaines de folies avec des examens à gogo, voici que je me retrouve SAF : Sans Activité Fixe, ou autrement dit, en permanance sur internet.

 

Bon, j'ai quand même trouvé de quoi m'occuper les neurones (merci Jean-Paul) jusqu'à début juin, ce n'est d'ailleurs pas une partie de plaisir que de reformuler tout un mémoire de maîtrise mais ça a le mérite de m'occuper...

 

Mais revenons à ces partiels, peut-être les derniers partiels que j'aurais passé de mon existence c'est la pensée qui m'a envahie lorsqu'à 18h vendredi soir j'ai quitté la fac de Lettres pour ne la revoir que... dans un petit moment.

 

Les résultats des examens devraient, en toute logique, être donnés début juin date à laquelle je devrais aussi avoir une idée un peu moins flou de ce que je fais l'an prochain... A moins, bien sûr que j'ai à repasser mes partiels mais, je n'ai pas classé cette alternative dans l'étendue des possibles puisque j'ai prévu de faire autre chose fin juin que réviser (et d'autre part, les partiels se sont bien passés donc... il n'y a pas de raison que les notes ne suivent pas ce ressenti).

 

Bon bien sûr, il y a LE partiel, celui que je garderai longtemps en mémoire : la civi américaine. J'ai eu envie d'éclater de rire devant le sujet : 4 questions et pas une auquel je suis susceptible de répondre ! Et c'est parti pour une note navigant entre 0 et 2 sur 20 (et encore je suis gentille). C'est Ben qui va faire la tronche s'il découvre cette horrible note de civi ; quoique, non, si je me suis pas trop mal débrouillée en litté, il devrait gardé le sourire vu que c'est lui qui corrige... C'est dommage, l'an prochain, je n'aurais plus l'occasion,  d'aller le voir dans son bureau pour tapper la causette (quoique je ne pense pas que ça l'empêchera de me lancer des "Salut, ça va ?" dans les couloirs avec son accent anglais à couper au couteau qui me fait toujours sourire). Oui, c'est de toute évidence ma première et dernière année d'anglais. C'est d'autant plus dommage que je m'étais assez attachée à cette classe et aux profs (plus qu'aux cours d'ailleurs...). Ce n'est pas que je n'aime pas les sciences du langage, au contraire mais, j'avais en anglais une certaine liberté, une autonomie du fait de mon double cursus qui faisait de moi un électron libre sautant d'atome de cours en atome de cours (superbe image, Coralie !); j'étais une sorte de touriste étudiante.

 

Bref, les partiels sont terminés, l'année est terminée, j'attends la suite...

10:33 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/04/2006

Rag-mag

Je me devais de parler de cette invention Raphaelique qui a fait un malheur parmi les bloqueurs et qui s'appelle le : Rag-mag.

 

Le principe :

- recueillir les rumeurs (vraisemblables ou non) sur les histoires de coeur (voire accessoirement un peu plus bas que le coeur) de nos amis bloqueurs

- en discuter au sein de l'équipe de rédaction de Rag-mag (équipe dont les membres sont gardés secrets par peur de représailles)

- publier et passer sous le manteau la feuille de choux

Pour l'instant, un seul numéro a été publié mais le Rag-Mag va sûrement faire des adeptes à travers le monde entier.

15:47 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2006

Ciel ! Les partiels

Vous en rêviez, la fac d'Orléans l'a fait, elle a mis en ligne certains de mes résultats de partiel du semestre derniers. Voici donc :

 

Notes exhaustives du premier semestre SDL (semestre 5) :

Pragmatique : 13,75

Psycholinguistique et cognition : 9

Linguistique Française : 12,25

Traitement de l'information : 20

Grammaire et Stylistique : 14

Anglais : 12

 

Moyenne générale du semestre : 14,429

 

Notes exhaustives du premier semestre Anglais (semestre 1) :

Méthodologie de la littérature : 10

Méthodologie de la civilisation : 7,5

Phonétique : 10

Expression orale:  6

Version: 14,2

Grammaire/Linguistique : 19

Espagnol : 16

UE ouverture techniques et langages cinématographiques : 9

 

Moyenne générale du semestre : 11,932

 

Voilà mes résultats complets. Je suis un peu verte de ma note d'oral (et ce n'est pas peu dire) mais, bon, pour le reste je suis plutôt contente. Voilà, voilà...

12:16 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/01/2006

Et Bonne Année Grand-mère !

Adieu 2005, Bonjour 2006.
Mais que serait la nouvelle année sans les résolutions ?
Moi c'est simple, c'est les même chaque année, j'ai donc pas vraiment besoin de me creuser.
1) Perdre du poids ce qui implique...
1)a) Faire un régime ce qui implique...
1)b) Motivation !
2) Vaincre la timidité ce qui implique...
2)a) Arrêter de se torturer l'esprit pour rien et...
2)b)Aller vers les autres !
3) Autre résolution, finir ce que j'ai en cours d'écriture (mais ça me paraît encore plus de la science fiction que les deux premières)
 
Voilà, dans la liste, il y avait aussi faire gaffe à pas dire des conneries trop idiotes mais je crois que je vais pas pouvoir tenir la résolution plus de cinq minutes.
 
Et vous, z'avez résolu quelque chose ? :-P

16:59 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/12/2005

Vieillir c'est mourir un peu (et non l'inverse)

Voilà, c'était la grande nouvelle de la semaine, je suis passée à la dizaine supérieur verdict : euh... j'ai eu droit à une virée au resto (donc c'est sympa en fait).
 
On n'a pas tous les jour 20 ans (ni 12 mais y a pas eu de chanson dessus). Voilà, j'y suis arrivée, je suis vieille cette fois-ci je peux plus me voiler la face... Quelle horreur.
 
Pas de fête, que dalle mais, JP avait acheté un gâteau et une bouteille de cidre pour l'événement qu'on a mangé et bu hier avec sa mère, c'était sympa; et puis, mes cops de facs m'ont acheté des trucs de bain au chocolat. Bon an, mal an, c'était pas si mal en fait. Je suppose que j'aurais jamais la super soirée idyllique que j'avais imaginée avec pleins d'amis (mais encore faut-il avoir plein d'amis).

15:23 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/11/2005

quart d'heure de gloire

Jeudi, je le dis, je suis sortie de cours sur un petit nuage. Tout allait bien, j'avais le sourire aux lèvres de ceux qui ont réussis (et pourtant il était midi dix et j'ai une sainte horreur de sortir en retard).
 
Jeudi, j'ai donc bataillé avec mon fameux exposé de TAL dont je gonfle la terre entière depuis un mois, eh bien, cette fois ça y est. Après une introduction où, le coeur battant à tout rompre et gesticulant pour me donner un peu de contenance mais où somme toute je n'ai rien oublié (mise à part un début de phrase qui s'est perdu et n'a jamais retrouvé sa fin), après ce début un peu hésitant mais qui ne le paraissait pas tant que ça au dire de mes spectateurs, nous sommes parties pour deux heures de blabla. La traduction automatique dans toute sa splendeur avec en arrière plan, le regard approbateur de ma prof qui me réconfortait dans le fait que je me débrouillais pas mal. Ma chère partenaire d'exposé s'est fort bien débrouillée et nous sommes arrivées au terme de notre temps plutôt fières. Là, venait l'instant fatidique : "Est-ce que vous avez des remarques à faire ?". Je m'attends à une bonne claque dans les dents, du genre : la partie machin, j'ai rien compris; c'était pas clair, ça manquait d'exemples etc.
 
J'attends. Et la claque ne vient pas. A la place, nous avons droit à une pluie de compliments de la part des étudiants présents, puis, c'est au tour de la prof qui fait de même. Je sentais mes joues rosirent et cela encore plus lorsque, à la fin de l'exposé, comme il est de coutume pour les exposés de ce cours, ont retentis les applaudissements : ma gloire ! Je suis donc sortie, heureuse, débarassée du poids de ce devoir et persuadée d'avoir une très bonne note. La magie de ce moment, je ne l'avait pas ressentie depuis longtemps.

00:21 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/09/2005

Apologie de la pitié

Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire :

 

Il était une fois, un monde tout gentil, tout beau, tout rond et, dessus, plein de gens. Il y avait des gens de toutes les couleurs sur ce monde : des bleus, des jaunes, des verts, des blancs, des roses à points noirs. Toutes ces couleurs se chamaillaient entre elles, cherchant à savoir quel était la plus jolie de toutes, sans pouvoir se mettre d’accord. Et, au milieu de cette chamaillerie qui ne pouvait en finir, il y avait des gens sur roulettes. On ne s’occupait des gens sur roulettes, certes, on leur donnait les fameuses roulettes qui leur permettaient de se déplacer (car autrement, ils auraient été bien embêtés) mais on évitait de s’en approcher comme si leur approche aurait pu faire pousser des roulettes sur les oreilles des bleus, des jaunes, des verts, des blancs et des roses à points noirs. Les gens sur roulettes n’avaient même pas le pouvoir de se chamailler avec les autres pour savoir qui était de la plus jolie couleur ; pourtant des gens sur roulettes, il en existait de toutes les couleurs… Les gens sur roulettes se sentaient exclus du reste du monde. Ils ne voulaient pas de la pitié que les autres leur servait, ils voulaient juste être comme eux. Simplement être regardé de la même façon qu’un vert regarde un bleu ou qu’un jaune regarde un rose à points noirs.

 

            Les gens sur roulettes existent. C’est difficile de les regarder même si on dit ne pas prêter d’attention à l’apparence. Il est difficile de rester de marbre face à un bavouillon ou à un désarticuleur de mots. Il est difficile de ne pas avoir un mouvement de recul devant quelqu’un qui a des mouvements incontrôlés ou qui n’a pas d’autres moyens de s’exprimer que des cris. Mais ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il faut laisser tomber.

 

Vendredi dernier, en allant jusqu’au bureau de ma maman, j’ai rencontré Gaël. Gaël a mon âge, à peu de choses près. Il est Infirme Moteur Cérébral ; ça signifie que ces problèmes pour effectués des mouvements sont dus à une anomalie dans le cerveau. Gaël est une personne sur roulettes. Il a beaucoup de difficultés : pour parler, pour se repérer dans le temps et dans l’espace mais ça n’en demeure pas moins quelqu’un d’adorable. J’ai fait sa connaissance en juillet dernier. Vendredi, je l’ai donc salué et puis on a discuté. J’ai déconné avec lui (faut dire que c’est une des choses que je fais le mieux) et on a rigolé. Il m’a demandé sans le demander mon numéro de portable (oui, c’est bizarre de dire ça comme ça mais c’est comme ça que ça s’est passé), moi, je lui ai donné de bon cœur. Il m’a dit qu’il était très heureux de me voir, qu’il ne pouvait pas parler comme ça avec tout le monde. Je dois dire que j’ai été à la fois flattée et peinée par ces paroles. Voilà pourquoi j’ai voulu raconter cette petite histoire. Je n’ai rien de plus que les autres, je ne suis pas superwoman et je ne suis pas la tolérance personnifiée, loin de là. Gaël c’est d’abord quelqu’un avant d’être quelqu’un sur roulettes, il suffit de savoir regarder.

 

La pitié ne change rien mais un sourire, un regard peut tout changer.



23:28 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/09/2005

Rire

You know what ? I am happy.
 
Le rire doit être la chose la plus importante et la plus essentielle de mon existence donc, ça me parait logique qu'il figure en bonne place dans ce petit blog.
 
Rire c'est l'essence de tout. Lorsqu'on rit des mêmes choses c'est qu'on est bien avec quelqu'un. Le rire est LE rapprochement social. Si vous arrivez à faire rire quelqu'un, si quelqu'un vous fait rire, il se passe quelque chose, une connexion extraordinaire, une espèce de complicité spontanée.
 
Rire est une force aussi. On ressort toujours vainqueur d'un rire, même s'il s'agit d'un rire nerveux qui devrait se rapprochait des larmes. Pleurer, c'est rester crisper vis-à-vis de la réalité; rire, c'est surmonter ses tracas.
 
Bien, maintenant que je vous ai bien pris la tête avec ma philosophie à la Bergson (mais en beaucoup plus positif puisque lui il pense que la plupart du temps le rire est la marque d'un esprit insouciant, irresponsable et superficiel et que c'est un signe de cruauté). Il ne me reste plus qu'à vous recommander de vous marrer autant que possible.

12:18 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/09/2005

Bienvenue

Nous sommes le 18 septembre 2005 et aujourd'hui naît mon premier blog. Un blog forcément génial puisqu'il est de moi :-P
 
Je me présente : Coralie.
 
Ici c'est mon univers, vous y trouverez certainement pas mal de choses en bordel. Et comme le montre cette photo je vous invite à entrer dans cet univers plus ou moins délirant (sérieux s'abstenir)
 
Pour ceux qui veulent savoir d'où vient cette photo je vais vous le dire. Elle a été prise le 15 août dernier devant la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans, sauf que là, on ne voit que le parterre de fleurs et votre serviteuse. Vous voyez déjà la tête du personnage qui se cache derrière l'ordi et, je vais vous avouez qu'en vrai c'est encore bien pire.
 
Toutefois, si vous n'êtes pas encore rebuté, bienvenue !


14:46 Écrit par Coralie dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |