16/09/2008

La première saga mp3 en bouquin

decoration

Aujourd’hui, on va s’attaquer à la grande littérature de celle qui reste à jamais gravée dans les annales de la culture humaine, je veux parler de l’œuvre littéraire immortelle d’un certain John Lang (qui n’est pas le fils de Jack) mieux connu sous le pseudonyme de Pen of chaos (POC pour les intimes) ou par la périphrase suivante : le créateur du donjon de Naheulbeuk.

 

Naheulbeuk, pour mémoire, est une saga mp3 racontant l’histoire d’une compagnie de bras cassés qui cherchent à devenir des vrais héros. Cette saga comprend deux saisons consultable gratuitement en mp3 :  la première où la compagnie est paumée dans un donjon et la deuxième où celle-ci parcourt la terre de Fangh vers un endroit paumé pour retrouver leur mystérieux commanditaire qui se trouve être un méchant mage qui veut précipiter la fin du monde. Et… nous avons une troisième saison qui elle n’est pas en format mp3 : La Couette de l’Oubli.

C’est le premier roman du genre héroic-fantasy parodique que je lis et, pour moi, le livre remplit son rôle. On retrouve les personnages que l’on a pu apprécier dans la saga de Naheulbeuk, leur caractère n’est pas dénaturé après la question est : est-ce que le roman apporte plus que la saga audio ? Là-dessus, je ne saurais dire. Il y a une place plus importante qui est faite aux personnages secondaires et à des anecdotes qui ont traits, par exemple, au conflit religieux qui a lieu en terre de Fangh (tout le monde se tape dessus pour son Dieu). Cependant, j’aurais aimé que l’on est des nouvelles de l’autre méchant de l’histoire dans cette Couette de l’Oubli de Zangdar et de son fidèle conseiller Reivax qui sont un peu les Minus et Cortex de la terre de Fangh… Or, on dirait que ceux-ci ont été absorbés par la Couette de l’Oubli tant on en entend plus parler. Mise à part cela, le roman recèle de bonnes situations rocambolesques (notamment l’attaque sur le bateau qui est des plus mémorables) et des conneries du nain, toujours en grande forme.

Bref, pour les fans de Naheulbeuk, je vous recommande de plonger dans ce roman, ça se lit vite et ça devrait vous plaire. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, allez donc faire un tour sur le site de Naheulbeuk, vous m’en direz des nouvelles !

28/06/2008

Isaac Newton et sa pomme malicieuse

decorationAujourd’hui, comme le titre peut le présager (à condition d’avoir une fois dans sa vie jeté un œil sur une Rubrique-à-Brac), nous allons parler de Marcel Gotlib et de ses Bandes Dessinées qui peuplaient Pilote (mâtin, quel journal !) il y a de cela quarante ans, oui, ça ne nous rajeunit pas, moi, d’ailleurs, ça me fait revenir à l’état de poussière, c’est dire !

 

Il était une fois une bande-dessinée au personnage récurant Isaac Newton, LE Isaac Newton, celui qui a mis en place la théorie de la gravitation universelle après s’être pris, selon la légende, une pomme sur la caboche. De cette légende, Gotlib a fait du n’importe quoi, prenant dans sa Rubrique-à-brac n’importe quel prétexte pour qu’Isaac Newton se prenne quelque chose sur la tête (ça va du petit suisse au pélican en passant par le paresseux). N’allez cependant pas croire qu’Isaac Newton est le héros de l’histoire, il n’y a pas de héros dans la rubrique-à-brac puisque celles-ci constitue des espèces de chroniques qui vont de la présentation animalière fantasque (avec le professeur Burp), à des conseils pratiques (ex : faire attention quand vous emmener votre animal de compagnie en vacances), en passant par des contes de fées revisités (le meilleur étant le vilain petit canard et sa suite !). Tout est prétexte également à raconter l’histoire idiote du fou qui repeint son plafond, présentée comme la plus désopilante de toutes. Toutes les cases ou presque agrémentées d’un bête rigolote autant que stupide la fameuse coccinelle !

 

Bref, un univers plein de fantaisies amusantes allant parfois jusqu’à l’absurde très plaisant et qui permet de garder le sourire (voir de rire !). Profitez-en pour vous jeter sur les 5 albums de la Rubrique-à-Brac : ils sont réédités pour ses 40 ans.

 

PS : Je conseille également de voir les autres albums de Gotlib : les Dingodossiers, le Cinémastock et les inénarables aventures de Gai-Luron répondant aux lettres de Jean-Pierre Liégeois, jeune lecteur du Var.

11:46 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/06/2007

Jean-Christophe Grangé

decoration

J’ai regardé mon blog et d’un coup je me suis rendu compte que j’avais fait des articles sur Harry Potter, sur Boris Vian, sur Blankass, sur Jeanne Cherhal et bien d’autres mais que j’avais oublié de citer le seul auteur vivant dont j’ai lu tous les livres : Jean-Christophe Grangé.

 

Jean-Christophe Grangé est un auteur de roman policier français et il est connu pour avoir écrit les Rivières Pourpres. Il a écrit jusqu’à lors six romans qui sont par ordre chronologique : le Vol des Cigognes, les Rivières Pourpres, le Concile de Pierre, l’Empire des Loups, la ligne Noire et le Serment des Limbes. Grangé est un ancien journaliste grand reporter et de ce fait, dans ses livres, le héros voyage beaucoup, effectuant une sorte de parcours initiatique pour arriver à trouver le meurtrier. Son univers est peuplé de héros solitaires et écorchés vifs au passé lourd qui suivent un chemin parsemé de cadavres tués avec un mode opératoire particulier et qui ne ressortent jamais indemnes de cette épreuve. Le suspense et les rebondissements sont là, l’écriture est fluide. D’aucun considère qu’il s’agit là d’une écriture à l’américaine (prenant pour preuve que Grangé est l’un des rares écrivains à exporter ses romans aux Etats-Unis), je trouve que c’est un faux procès car le marché du roman policier est saturé de romans américains, avec quoi peut-on trouver des analogies si ce n’est avec ce qui est sur le marché ? Il y a aussi une appellation que je ne comprends pas trop, c’est celle de « Stephen King français », l’appellation d’autant plus étrange que Stephen King écrit du fantastique pas du policier.

 

Mais revenons aux livres eux-mêmes. J’ai un attachement particulier pour le Vol des Cigognes, deuxième roman que j’ai lu de lui. Peut-être est-ce du au dépaysement : on part de Suisse pour voyager à travers les balkans jusqu’en Israël et retourner ensuite en Afrique noire et à cause de l’écriture à la première personne. Le Vol des Cigognes c’est l’histoire d’un jeune homme qui après la mort étrange d’un ornithologue passionné de cigognes qu’il aidait décide de voyager pour comprendre ce qui obsédait son employeur : « pourquoi les cigognes ne reviennent beaucoup moins nombreuses ? ». Il suit donc le parcours de migration des cigognes pour rejoindre l’Afrique et trouve sur son chemin des cadavres de malheureux dont on semble avoir volé le cœur…

 

Dans mon classement, je mettrai en seconde position le tout dernier sorti : le Serment des Limbes. Sur la trace de cadavres en états de décomposition improbables, un flic catholique pratiquant cherche à comprendre l’affaire qui a poussé son meilleur ami au suicide. Le sujet me semblait casse gueule à première vue. Revenir à un manichéisme Dieu contre Diable dans un roman policier risquait de tomber dans du grand guignolesque et en fait, c’était sous-estimé Grangé que de croire qu’il n’arriverait pas à s’en sortir.

 

Je ne peux que trop vous conseiller de vous plonger dans la lecture de l'un de ces six romans, ils valent tous le coup (le moins bien réussi étant à mon sens l’Empire des Loups même si ça reste un bon roman policier).

14:38 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2006

Boris Vian

Je me sens dans une période cultureuse aujourd’hui, je vais donc faire un article sur quelqu’un qui pour moi fait partie des derniers grands auteurs français : Boris Vian. Je vous l'accorde. Ce n’est pas forcément facile de lire du Vian, la plupart de ses livres sont encrés dans un univers assez particulier dans lequel il faut pouvoir entrer mais, je crois que ça vaut le coup d’essayer. Après tout, il est difficile de lire du Zola et du Balzac à cause des descriptions qui n'en finissent jamais, pourtant, tout le monde a dû faire cet effort.
 
Mais revenons à Vian. En dehors du personnage assez extraordinaire qui était tout à la fois musicien de jazz, poète, écrivain et traducteur de roman et qui mourru avant d'avoir 40 ans, Vian est un auteur qui a un style, une plume. Je vous recommande chaudement J’irai cracher sur vos tombes : un livre sur le racisme, la perversion, la vengeance (superbement écrit et superbement cru), pour l'anecdote, ce livre a été classé pornographique à l'époque, ce en quoi, je crois que les temps ont bien changés... Ce livre contrairement à l’Ecume des Jours ou L’herbe Rouge ne se déroule pas dans un univers alternatif et est donc dans un sens, plus facile à aborder, du moins, le lecteur n’est pas aussi déboussolé que dans d'autres livres. J'ai bien aimé l'herbe rouge mais il faut accepté d'entrer dans un univers dans lequel les animaux parlent avec des pratiques étranges et des personnages tout aussi étrange qui, quelque part ne sont pas si loin de nous. C'est un univers et un style d'écriture unique, ça ne ressemble à rien d'autre et je vous encourage à tenter l'expérience.

 

Je terminerai sur Le déserteur car, je crois qu’il est impossible de parler de Vian sans parler de cette chanson qui est LA chanson pacifiste par excellence :

 

Le déserteur

 

Monsieur le Président, je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être si vous avez le temps
Je viens de recevoir mes papiers militaires
Pour partir à la guerre avant mercredi soir
Monsieur le Président je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher il faut que je vous dise
Ma décision est prise je m'en vais déserter

Depuis que je suis né j'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier, on m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme et tout mon cher passé
Demain de bon matin, je fermerai ma porte
Au nez des années mortes, j'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie sur les routes de France
De Bretagne en Provence et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir refusez de la faire
N'allez pas à la guerre refusez de partir
S'il faut donner son sang allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre, Monsieur le Président
Si vous me poursuivez prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes et qu'ils pourront tirer

15:43 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/04/2006

Peter Pan de Loisel

Peter Pan, le petit garçon imaginé par James Barrie, a été immortalisé par le dessin animé de Walt Disney mais, outre ce dessin animé, il existe d'autres oeuvres tirées de ce héros : La BD Peter Pan de Loisel fait partie de celles-ci.

 

Loisel a imaginé dans cette BD en six tomes (Londres, Opikanoba, Tempête, Mains Rouges, Crochet et Destins) comment Peter et les enfants perdus arrivaient au pays imaginaire, faisaient la connaissance des indiens etc. L'histoire commence dans le Londres sombre de la fin du XIXe encore plus terni par les meurtres de Jack l'Eventreur. C'est là que vit Peter qui nourrit une haine assez viscérale pour ce qui est à ses yeux le monde des adultes : l'alcool, la violence et le sexe. Il s'échappe au pays imaginaire et revient parfois dans ce Londres chaotique maculé de sang. La série s'achève au moment où commence l'histoire de Peter Pan que l'on connaît mais laisse un noeud au ventre.

 

Les dessins de Régis Loisel sont magnifiques, très travaillés et la magie du pays imaginaire est respectée par la quirielle d'animaux fantastiques qui peuplent l'île. Contrairement au livre de Barrie, je déconseille cette BD aux enfants. La vie n'est pas rose au pays imaginaire : le crocodile est un vrai danger, tout comme Crochet dont la folie est mise au grand jour. C'est une superbe BD et je recommande à tous ceux qui apprécient les bons scénariis et les dessins travaillés de dévorer ces six tomes qui ne laissent pas indifférents.

19:00 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/02/2006

Télé réalité de l'extrême

 

 

Acide Sulfurique est un petit livre (peu de pages) qui part sur ce thème : une émission de télé-réalité décide de recréer un camp de concentration, filmé 24h/24. Ca se lit très vite, c'est bien écrit et je pense que c'est un livre qu'on n'oublie pas. Ce thème a déjà été abordé dans divers livres et films où on finit par donner du sang humain au public qui en redemande toujours.

 

Mise à part la fin qui est à mon goût assez moyenne (mais, de manière générale, je suis très critique sur la fin des livres), j'ai bien aimé. Les personnages ont le mérite de ne pas tombé dans la caricature des bons et des mauvais : ils sont tous humains qu'ils soient prisonniers ou tortionnaires.

 

Je recommande donc ce livre.

11:10 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/10/2005

Le Prince aux cheveux emmélés

Voilà c'est fini.
 
J'ai fini le tome 6 d'Harry Potter et je n'y crois pas. C'est noir, c'est sombre, c'est glauque, oui, d'accord, et c'est normal mais là n'est pas le problème ! Le problème c'est cette histoire qui me déstabilise à chaque instant, qui va d'invraisemblance en invraisemblance. Et lorsqu'elle n'est pas invraisemblable, elle est d'un ennui mortel. Le meilleur de la série ? Vous voulez rire !
 
Je ne suis pas rentrée dans ce livre, je n'y ai tout simplement pas cru. Les personnages ne sont plus les mêmes : où est l'Hermione des tomes précédents ? L'Hermione intelligente et engagée ? Là on a un remake pathétique et saoulant de "je t'aime, moi non plus". Et puis, JK, qu'as-tu fait de Sevi ? C'est quoi cette embrouille ? C'est un traître, c'est plus un traître, c'est un salaud qui a eu tout le monde pendant quinze ans. Non ? Il faut qu'on l'avale ça ? Et comment on arrive à l'avaler ? Avec l'apothéose finale ? Ce meurtre auquel je m'attendais depuis la fin du tome 5 ?

Lorsque j'ai refermé le livre, j'ai ressenti ce même sentiment de stupeur et d'incrédulité qui m'avait accompagné presqu'à chaque instant à la lecture des premiers et derniers chapitres. Et, je me suis dit que ça ne pouvait pas être ça la suite de ces cinq bouquins que j'avais tant aimé, que j'avais lu et relu jusqu'à plus soif.
 
Harry Potter et le Prince de Sang-mêlé n'est pas un mauvais livre, je n'irai pas jusque là, je ne pense pas, il n'est simplement pas en accord avec les tomes précédents. Il est décevant parce que trop loin de l'univers que Rowling avait construit, parce qu'on ne retrouve plus la même magie et parce qu'entre les passages où le lecteur est stupéfait, il y a ces histoires d'amour désespérément barbantes.
 
Faites attention avant de vous engager dans cette lecture.

00:36 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/10/2005

Le ciel est tombé sur la tête d'Uderzo

Astérix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la têteLe ciel lui tombe sur la tête, c'est le titre du dernier Astérix sorti hier et arrivé chez moi aujoud'hui ; ce n'est pourtant pas sur la tête d'Astérix que le ciel est tombé, plutôt sur celle d'Uderzo. Une histoire casse-gueule auquel on ne croit pas deux secondes (les extra-terrestres arrivent pour prendre l'arme secrète des irréductibles gaulois). On a une histoire sans scénario et sans humour. Je n'ai esquissé un sourire qu'à l'allusion au super-clone chauve-souris et araigné. Uderzo est vraiment très fatigué.
La dernière aventure : Astérix et Latraviata était déjà tirée par les cheveux (envisagé les parents d'Astérix et Obélix était une idée très étrange) mais là, on a atteind le fond. C'est fort dommage pour une série cultissime comme Astérix qui est le symbole vivant de la BD française (et dieu sait si j'adore la Bande Dessinée).
 
A éviter

23:48 Écrit par Coralie dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |